Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

Le moulin de la forge Liboz de Foncine-le-Bas (France)


Quel ne fut pas notre étonnement de découvrir ce moulin et sa roue qui tourne lors de notre dernière balade dans le Jura...

 

Le Jura est parcouru par de nombreuses rivières : le Doubs, la Loue, la Furieuse, la Cuisance, l'Orin, la Seille, la Valouse, le Suran, la Valserine, favorables à la construction de nombreux moulins.

Dans les moulins à eau, ceux qui nous intéressent surtout dans le Jura, on trouve deux types de roues hydrauliques :

- la roue à aubes, dite « par-dessous ». Elle tourne par la poussée de l'eau accélérée par une chute, dans le sens inverse à celui du courant. On la trouve surtout sur les grandes rivières ou les rivières de plaine.

- la roue à augets, dite « par-dessus ». C'est le poids de l'eau dans les augets qui la fait tourner. On la trouve surtout sur les petites rivières, en zone accidentée ou vallonnée. Elle est économe en eau.

 

Histoire de la forge

 

En 1790, deux cloutiers venus des Planches en Montagne, pour acheter un terrain afin de bâtir une clouterie, se sont adressés au maire Vuillermoz. Un vote par référendum fut lancé auprès de la population afin d’obtenir l’accord d’échanger des terrains sur la commune contre des terrains près de la rivière, pour bénéficier de la force motrice de l’eau. Tous les habitants donnèrent leur accord et chacun reçu un papier signé pour preuve de la transaction. Le terrain obtenu fut même d’un tiers plus grand que demandé. Un martinet fut installé. Cette clouterie disposait de deux roues à aube. Des outils de taillanderie ont puent être alors fabriqués là, tel dee sécateurs, cisailles et autre ustensiles, mais aussi des pièces d’horlogerie, et des clous nécessaires à la pose de tavaillon.

 

Le temps passa ...

 

 photo Jean-Michel Guyon.

 

Malheureusement cette forge a subi les rages de la Sainette. L'inondation spectaculaire de 1990, fut provoquée par des conditions exceptionnelles : une très forte pluie qui s'abat des jours durant sur un sol gelé en profondeur ce qui entraine une crue importante. Des branchages obstruent l’écluse empêchant l’eau de s’écouler normalement. Le flux d’eau est alors dévié sur le bâtiment de la forge qu’il traverse de part-en-part causant de nombreux dégâts, disséminant tout le petit outillage dans la rivière. L’eau entrait par les fenêtres et par une grosse brèche sur le mur nord-est et poussait des amas de gravats vers les ateliers dans un bruit assourdissant. Mais malgré la terrible force destructrice du torrent la vieille maison s'était accrochée, forçant l'admiration de tous.

Inhabitée et laissée à l’abandon son état ne cessa de se dégrader au grand damne des habitants de Foncine-le-Bas. Les assauts du temps, sournois et impitoyables, semblaient vouloir réussir là où la force du torrent avait échouée. Et durant l’hiver 2011 la cheminée s’effondre endommageant la toiture. Une association de sauvegarde fut crée et le bâtiment restauré...

 


Photo Jean-Michel Guyon

Samedi 12 décembre 2015, l’équipe des bénévoles a mis en place un canal d’amenée provisoire et des paliers pour faciliter la rotation de l’axe de roue. La nuit était largement tombée lorsque la roue a enfin repris sa rotation. Si l’installation est provisoire, la démonstration est faite que les efforts ne sont pas vains.

C'est donc depuis peu que ce moulin a repris sa chanson. La roue tourne, mais l'intérieur n'est pas encore en état de fonctionnement.

 

 

Je tremble de froid....

 

 



28/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi