Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

Le Pape à Genève

211 appréciations
Hors-ligne
il est venu. il a bloqué l'aéroport de Genève pendant un peu plus de 14h. Ce dernier a même déconseillé de prendre l'avion ce jour là et pour couronné le tout, les trains qui devaient ramené les pèlerins chez eux en début de soirée, ont tout simplement été annulés pour panne technique laissant en rade plusieurs centaine de personnes… 
Le Pape est venu, mais son discours n'a rien de percutant. Il faut marcher ensemble… oui… mais encore ?
 malheureusement je n'ai pas entendu de parole forte qui mobilise. 
 J'ai envie de dire, tout ça pour ça !

Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

338 appréciations
Hors-ligne
Je crois que plus que son discours c'est son image et tout ce qu'elle véhicule dans l'esprit des gens qui ont marqué l'importance de cette visite. C'est un peu irrationnel mais la dimension spirituelle des humains est par essence quelque chose d'irrationnel. 

Mais cette visite n'est pas que ça. Elle a un volet politique car, il ne faut pas l'oublier, le Pape a depuis que la papauté existe, une importance politique. La démocratie a beau vouloir séparer les pouvoirs spirituel et temporel, il restera toujours quelque chose dans notre vieille Europe. 

Pour l'Eglise et la chrétienté en général, il ne faut pas oublier non plus qu'elle est en perte de vitesse dans le monde et que la montée de l'islam fait peur. Le message œcuménique porté par le Pape est une réaction qu'on peut comprendre et que pour ma part je soutiens.
Alors oui, ça coûte cher, ça embête, ça occupe l'espace médiatique et les discussions et on se demande à quoi tout cela rime. Mais finalement, s'intéresser à la famille royale britannique serait-il plus acceptable? Cela aussi coûte cher, embête le peuple et occupe l'espace médiatique. Oui, tu me diras, ça fait rêver. Mais le Pape aussi il fait rêver: à un monde meilleur 

J'ai bien aimé la vision de Chapatte, dans le Temps:
Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft.
Wer seine Wurzeln vernichtet, kann nicht wachsen.
(F. Hundertwasser)

211 appréciations
Hors-ligne
 La papauté a quand même une grande prétention à vouloir changer le monde que n'a pas la famille royale britannique. Et disons que ce qui me fait rêver avec la royauté  ce sont les robes, les bijoux, les privilèges et les trajectoire personnelles, comment les personnes se coltinent/choisissent d'en faire partie ou non .
Non seulement en bonne protestante que je suis, la papauté ne me fait pas rêver, mais derrière quelques paroles fortes et sensées du pape, il y a un vide abyssale à mobiliser les croyants.  il dépense une énergie colossale à tenter de réformer la Curie. quand à l'aspect politique parlons-en. L'Italie vient de fermer ses frontières aux migrants et on ne peut pas dire que le pape aie eu grande influence en la matière. Ok, il plus proche, plus humble, et un tantinet plus simple que ces prédécesseurs, mais il ne faut pas rêver, sa capacité de mobilisation est limitée. La salle n'était pas pleine, et les protestants dans leur grande majorité ne se sont pas senti concernés. Il faut dire que pour ce qui est des protestant romands, c'est un peu a débandades dans les églises, des conflits de pouvoir dans les synodes, alors on balaie déjà devant notre porte. Le pape, n'est que le pape. Même dans des pays d'Amérique du sud où sa popularité ne faiblit pas, son pouvoir de mobilisation et de persuasion de la  classe politique est minime, regarde l'Argentine, le Brésil, ou pire le Vénézuela !   
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

211 appréciations
Hors-ligne
Un autre angle d'attaque. 
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :