Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

Escapade aux sources de la Suisse


Par une belle Journée d'été nous sommes partis en voiture au cœur de la Suisse. Le lac de Sempach est situé au cœur de la Suisse et est environné de magnifiques paysages. Une nature intacte, des curiosités culturelles et historiques, des plaisirs de la table hors du commun et les nombreuses possibilités de sport font de la région du lac de Sempach une destination idéale.

  • Petite ville historique de Sempach – la petite ville historique de Sempach se trouve au bord du lac supérieur de Sempach au cœur d’un paysage magnifique.
  • Vieille ville de Sursee (lauréate du prix Wakker 2003) – la petite ville dorée au cœur de la Suisse réunit histoire, culture et modernité et est également l’agglomération de la région.
  • Château-musée de Beromünster – emplacement de la première impression suisse datée.
  • Station ornithologique, Sempach – centre national de recherche et de protection des oiseaux indigènes et de leur habitat.
  • Bataille de Sempach – victoire des cantons suisses primitifs sur les Habsbourg (9 juillet 1386).
  • Musée des ours en peluche, Sempach – on peut voir plus de 2000 ours en peluche sur les 3 étages du musée.
  • Collégiale de Beromünster – collégiale imposante du 11e siècle. ( site  https://www.myswitzerland.com/fr-ch/region-du-lac-de-sempach.html)
 
Nous n'avions pas le temps de tout faire en une journée, surtout  en plus du trajet.  
Toutefois nous avons fait plusieurs haltes.
 
Pour commencer et parce que nous adorons les chapelles, celle de St. Martin auf Kirchbühl et ses dépendances. Cette chapelle attestée dès 1234 a des origines historiques plus anciennes. Elle fut construite sur les restes d'un bâtiment romain dont l'origine se perd… lieu cultuel ? Lieu funéraire ? Fermage d'un domaine plus vaste ?  On ne sait pas. Elle fut pendant tout le moyen-âge, l'église paroissiale de la Ville de Sempach dont elle distante d'une bonne demi-heure de marche. Sise dans un hameau sur les hauteurs du lac de Sempach elle a appartenu à la grande Abbaye Murbach dans les Vosges, puis fut cédée en 1420 au monastère de Saint Leodegar im Hof de Lucerne. 
 
Les hortensias du porche d'entrée  se tiennent, comme de nombreux pèlerins à genoux, attendant une improbable bénédiction.   
 
20180720_110937-Edit.jpeg


 
IMG_4905www.jpg
 
L'église qui contient des fresques, était fermée lors de notre passage.
Elles illustrent entre autre, la légende des trois morts et des trois vifs, légende très populaire entre le 13 et le 15 ème siècle.
 
Le Dit de Nicolas de Margival (fin XIIIe siècle) présente les trois jeunes gens comme étant pleins d'orgueil, issus de puissantes familles royale, ducale et comtale. Dieu, voulant les avertir, les met en présence de trois morts décharnés. Chaque personnage prend ensuite la parole puis, dans la conclusion, les morts laissent les vivants pâles et apeurés, tirant la morale : « Menons la vie qui plaît à Dieu, gardons-nous d'aller en enfer, sachons que la mort nous saisira aussi, et prions Notre-Dame, à l'heure de notre mort, d'être près de son fils. » ou ici: nous avons été ce que vous êtes, vous serez ce que nous sommes, veillez et priez !
 
L'église a été longtemps entourée d'un cimetière
 
IMG_4907www.jpg
 
 
A deux km, par un chemin interdit à la circulation,
se trouve la chapelle historique de la bataille de Sempach.
Construite un an après la bataille elle commémore sur les lieux mêmes, la victoire des Suisses.
La bataille de Sempach a eu lieu le 9 juillet 1386.
Elle opposa les troupes du duché d'Autriche menées par Léopold III de Habsbourg, qui sera tué dans la bataille, et celles de Lucerne appuyées par des éléments
provenant d'Uri, Schwytz et d'Unterwald, les cantons fondateurs de la Suisse moderne.
 
Ouverte, elle contient une fresque qui illustre ce moment clé de notre histoire.
C'est un peu seuls contre tous !!!
(les cantons suisses à gauche)
 
 IMG_4916www.jpg
 
On reconnaît bien dans le fond le lac de Sempach, l'église de St-Stephan au centre de la ville de Sempach enclose dans ses remparts (dont il reste actuellement 2 tours et un bout des remparts) et notre petite chapelle de St-Martin, un peu sur la droite. 
 
 Un détail: le tireur autrichien ...
 
20180720_112449www.jpg
 
 
L'intérieur dans son ensemble.
 
IMG_4918www.jpg
 
 
Toujours dans la région, à Küsnach, une autre chapelle fait référence à notre héro légendaire national.
Les anglais ont le Roi Arthur, Robin des bois
nous avons Guillaume Tell.
 
Guillaume Tell (en allemand Wilhelm Tell) est un héros de l'indépendance de la Suisse.
Figure probablement légendaire, il aurait vécu dans le canton d'Uri au début du XIVe siècle.
Le bailli impérial de Schwyz et d'Uri — au service des Habsbourg, qui tentent de réaffirmer leur autorité sur la région —, Hermann Gessler, fait ériger un mât surmonté de son chapeau, exigeant que les habitants le saluent comme s'il était effectivement présent. Guillaume Tell passe devant le chapeau en l'ignorant. Gessler le condamne alors à tirer un carreau d'arbalète dans une pomme posée sur la tête de son fils (Walter). Par la suite, Tell tue Gessler d'un carreau d'arbalète en plein cœur alors qu'il passait dans le chemin creux (Hohle Gasse) situé entre Küssnacht et Immensee.
Le récit a donné lieu à de nombreuses controverses historiques portant sur son authenticité. Aujourd'hui, l'histoire est plutôt tenue comme une légende dont on retrouve des éléments dans les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus.
 
Le fameux chemin creux
Histoire
Selon le livre blanc de Sarnen, c'est sur cette route que Guillaume Tell aurait tué le bailli Hermann Gessler d'un carreau d’arbalète. 
En 1934, une fondation est créée pour assurer la conservation du chemin, menacé par le développement routier de la région.
(Wikipédia)
 
 
 
 IMG_4925-Edit.jpeg
 
 
Le chemin creux dans les années 1930
 
05-hohle-gasse-vor-1937.jpg
 
 

La fin de l’histoire! Le Chemin creux est une portion de route qui, pendant des siècles, faisait partie d’une voie de communication interrégionale. Au XVIe siècle, le marché annuel de Zurzach devint progressivement l’une des foires les plus importantes de la Haute Allemagne. Les marchandises en provenance du nord de l’Italie, qui arrivaient par le Gothard et le lac des Quatre-Cantons, étaient déchargées à Küssnacht et acheminées à Immensee en empruntant le Chemin creux. De là, on les expédiait vers le Rhin via le lac de Zoug et, plus tard, le lac de Zurich. Dans le sens inverse, le sel indispensable à l’élevage du bétail était transporté de la région bordant le lac de Constance vers l’Oberland bernois en passant par le lac de Zurich, le lac de Zoug et le lac des Quatre-Cantons. Lui aussi transitait par le Chemin creux. Ce dernier était emprunté depuis le Moyen Age par les hommes et les mulets. Ce fut ensuite le tour des charrettes, puis des voitures. Avant que tout s’arrête en 1937. Fin de l’histoire!
Photo: Staatsarchiv Schwyz - http://blog.nationalmuseum.ch/fr/2017/10/le-chemin-creux-pres-de-kuessnacht-la-ou-sarrete-lhistoire-et-ou-commence-le-mythe/

 
 
Hohle-Gasse-Hochformat.jpg
 
Et le début du mythe! Le trafic routier en pleine expansion troublant de plus en plus la solennité du lieu mythique, une fondation fut créée en 1935 pour sauvegarder le site, l’administrer comme une réserve et le maintenir en bon état. Il s’agissait concrètement de lui redonner son aspect initial, en s’inspirant de la scène décrite par Schiller, qui indiquait que le chemin était entouré de rochers et que des buissons poussaient sur une saillie. Comme 80 ans plus tôt pour le Grütli, les écoliers organisèrent une collecte pour récolter des fonds. Des adolescents sans emploi aidèrent à effectuer les travaux. Ils étaient logés au « Arbeitslager Tellenheim », construit par Caritas pour accueillir une quarantaine de jeunes. Le Chemin creux fut inauguré le 17 octobre 1937 en présence de représentants de tout le pays. Cette opération mythique eut l’impact souhaité. Reste à savoir si l’on n’a pas sacrifié l’histoire en sauvant le Chemin creux…
Photo: Robert Rosenberg, Einsiedeln - http://blog.nationalmuseum.ch/fr/2017/10/le-chemin-creux-pres-de-kuessnacht-la-ou-sarrete-lhistoire-et-ou-commence-le-mythe/
 
Au bout du Chemin Creux, une chapelle
En l'honneur de cet événement (la mort du Bailly Gessler), une chapelle du souvenir appelée chapelle de Tell y est construite dès 1530.
Reconstruite en 1638, elle est dédiée à sainte Marguerite d'Antioche.
En 1905 deux fresques y sont réalisées par Hans Bachmann,
l'une à l'extérieur représentant la mort de Gessler (très dégradée et à peine lisible à la lumière du jour)
et l'autre à l'intérieur, la mort de Tell. 
 
IMG_4936www.jpg
 
A l'intérieur, la mort de Tell
 
IMG_4939www.jpg
 
 L'histoire ne dit pas comment est mort Guillaume Tell
 
mais j'ai trouvé un poème  (  https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55184329.texteImage)
 
sans-titre.png
 
 
 
 
 
Les portes de la Ville de Sempach, l'orage arrive… 
 
IMG_4944-Edit.jpeg
 
 
les deux porte sont reliée par une jolie Grande-rue
 
IMG_4951.JPG
 
 
 
IMG_4947.JPG
 
 
L'église St-Stephan de Sempach
 
 IMG_4945-Edit.jpeg


21/07/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 131 autres membres