Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

Au pays des fées... (bloc erratiques et autres lieux "vibratoires")

Les lieux dit "énergétiques", ou "vibratoires"" valent souvent la peine qu'on se donne pour s'y rendre. Il existent bel et bien en chair et en os, si je puis oser la comparaison. Cascades, sources, blocs erratiques, menhirs, pierres levées, vieilles églises ou chapelles, sommets des montagnes ou ponts romains, arbres remarquables,  grottes à graffiti, château médiévaux... cela reste de jolis buts d'explorations. Et on ne me contredira pas quand je dis que dans ces lieux, nous avons un ressenti particulier. Sérénité, calme, joie envie de rire, légèreté de la pensée ou détachement de nos soucis quotidien ou au contraire sentiment que les murs ont une mémoire  et des frissons... (salle de tortures, prisons, arbre à pendu...)  sont le socle commun à ces endroits. De là à prétendre qu'il y a beaucoup plus (guérison intérieure, guérison physique, miracles etc...) je ne m'avancerai pas. Ce n'est pas ma croyance. Pour autant, je reste très respectueuse de ceux pour qui cela fait sens. Mais gare à celui qui veut à tout prix que je pense comme lui .


La cascade du Flumen - Jura français

Sans titre-3.jpg

 

 

 

 

Au fond d'une vallée dominée par des sommets de plus de 1 000 m, les cascades du Flumen vous laisseront un souvenir inoubliable. Provenant des eaux du lac de Lamoura et des Hautes-Combes, le Flumen (fleuve en latin), s'infiltre dans les roches fissurées et après un parcours de 4 km, rejoint le Tacon.
 
Les cascades tombent côte à côte dans un cirque sombre et sauvage.

 

Parking à l'entrée du vallon. Chemin facile d'accès, suivre les écriteaux de circuit pédestre blancs. A la première fourche en V prendre le chemin qui grimpe, celui du bas est sans issue et rejoint une usine électrique sans intérêt. Le panneau indicatif du parcours pédestre est illisible.

 

Il est interdit de se baigner en rivière ou de se tenir sur ses berges, de grand panneaux annoncent une mise en danger .

La promenade suit une route caillouteuse large, parfois entrecoupée de petit ruisseaux au printemps. De grands effondrements ont fait glisser d'impressionnants rochers de part et d'autre. Presque tous les arbres sont recouvert d'un manteau de mousse ce qui donne un petit air féériques aux lieux, un peu gâché par cette route de cailloux. Après une bonne heure de marche (20minutes pour les sportifs) on découvre une première résurgence, en avançant de quelques pas, la cascade se dévoile et le site dans son entier. Nous y sommes allé un 24 mars, l'eau était abondante et jaillissait de la paroi percée de diverses ouvertures.  Prendre un veste imperméable, les embruns vous douchent rapidement.

La dernière partie du sentier est en bordure de la rivière et très très glissante ( panneau d'avertissement). Le courant alimenté par la cascade est très violent, le bruit tonitruant.

 

 

 Filmée à la fin du printemps, elle est encore plus belle parée de fleurs et de verdure. 

 

 

Nos photos de début de printemps permettent de mieux voir les diverses chutes d'eau mais impossible de s'approcher le courant et l'eau envahissant toutes les divers vasques.

 

IMG_9208-Edit.jpeg
IMG_9231-Edit.jpeg
IMG_9244-Edit.jpeg
IMG_9260F cascade du Flumen-Edit.jpeg

Comme bien souvent l'aspect sauvage des lieux invite un ressenti.

Ce lieu est indéniablement vibratoire 

 

 

 

 

 

 

 

L'accès aux cascades se fait par un sentier unique et vous amène, après 1 h de marche, au pied de la cascade principale qui plonge à plus de 20 m de haut dans un bassin de pierres et de verdure. N'hésitez pas, le long de votre balade, à faire un arrêt pour admirer la faune et la flore riches en ce lieu.
 
Accessible en toutes saisons, la cascade est grandiose après une averse et magique l'hiver, quand elle se pare de son habit de gel.
 
Durée : de 1h à 6h30 selon le parcours.
 
Accès depuis Saint-Claude :
Sortir de la ville en direction de Genève. Au lieu-dit Rochefort, tourner à droite direction Septmoncel, puis prendre une petite route qui descend sur la droite en direction du camping du Martinet. Vous passez alors un premier pont, puis un deuxième. Après ce deuxième pont à gauche, vous trouverez une fontaine et le départ du sentier du Flumen.


25/03/2019
4 Poster un commentaire

Le dolmen d’Onnens « Praz Berthoud »

Le dolmen d’Onnens « Praz Berthoud »
La construction du tronçon vaudois de l’autoroute A5 a entraîné des fouilles archéologiques d’envergure entre 1997 et 2004. Des sites de toutes époques ont été mis au jour à cette occasion. Parmi eux, un dolmen, monument très rare en Suisse, a été découvert à Onnens « Praz Berthoud ».

Cet ensemble mégalithique sera inauguré le 20 mars 2010. Les fouilles préalables à la construction de l’autoroute A5 entre Yverdon et la frontière neuchâteloise, financées par l’Office fédéral des routes, ont occasionné la découverte d’un grand nombre de sites archéologiques de toutes époques, occupés pour certains il y a 10'000 ans déjà. À côté des vestiges d’habitat, dont il ne reste souvent que des traces ténues, plusieurs aménagements funéraires exceptionnels ont été découverts. Parmi eux, un ensemble constitué de grandes dalles et blocs de roche alpine gisant sur le sol préhistorique a été mis au jour à Onnens, au lieu-dit « Praz Berthoud ».

 

L’étude de ces vestiges a montré qu’il s’agissait d’un dolmen ruiné. Cette tombe collective a été utilisée à la fin de l’époque néolithique, vers 2300 av. J.-C. Il s’agit du premier monument de ce type attesté dans le canton. L’Archéologie cantonale de l’Etat de Vaud et la Commune d’Onnens se sont associées pour reconstituer cet ensemble mégalithique. Dans le cadre du syndicat d’améliorations foncières, le Service des routes de l’Etat de Vaud a aussi apporté son soutien au projet en contribuant à la réalisation de la plate-forme. Les blocs composant originellement le monument n’ayant pas tous été retrouvés lors de la fouille, l’ensemble a été complété par trois éléments spécialement taillés pour l’occasion. Remonté par un tailleur de pierre de la région sous la conduite des archéologues, le dolmen d’Onnens a été réimplanté à une quarantaine de mètres de son lieu de découverte. Ce monument vient compléter une série de mégalithes déjà visibles dans la région, à Yverdon, Grandson, Bonvillars et Corcelles-près-Concise. Implantée à un emplacement bien visible, entre l’autoroute et un chemin de dévestiture accessible à pied et à vélo, cette reconstitution, qui s’agrémente de plusieurs panneaux explicatifs, constitue un atout touristique supplémentaire pour la région. Le monument sera inauguré le jour de l’équinoxe de printemps, le 20 mars 2010. 

 

Comme quoi au 21 e s. on lui reconnait une valeur spirituelle, sinon pourquoi choisir un équinoxe ?

 

Sur les lieux aucun ressenti particulier si ce n'est vers la source complétement canalisée. Le lieu s'inscrit dans une vibration plus grande probablement due à l'alignement de divers menhirs sis dans les environs du bord du lac de Neuchâtel.

 

 

 

 

IMG_8685-Edit.jpeg

 

 

 

 

 

IMG_8688-Edit.jpeg


16/03/2019
3 Poster un commentaire

Le tilleul de Romainmôtier

Arbre maître s'il en est, le tilleul de qui se trouve au chevet de l'église abbatiale est pluri-centenaire. Planté en 1798, c'est l'un des arbres de la liberté du canton de Vaud.


Autrefois, le tilleul joua un très grand rôle, seuls les sorciers ont conservés ses secrets.
Dédié à Vénus, le tilleul est effectivement un arbre sacré utilisé depuis toujours en médecine aussi bien qu'en sorcellerie. Pour garantir le repos des morts, il servait à orner les sépultures et l'on affirme que l'ombre de l'arbre suffit à guérir les oedèmes, vertiges ou paralysies ! La culture celtique en faisait grand cas .

L'importance du tilleul était telle qu'une ordonnance royale française prescrivait de planter les routes de tilleuls et d'en réserver la récolte pour l'usage des hopitaux.

Il existe une variété de tilleul, dont on parle peu : Tilia sylvestris (tilleul des forêts). Chez lui, on récolte l'aubier que l'on prépare en décoction, en faisant bouillir 40 g dans un litre d'eau. On laisse cuire, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que la valeur d'un verre à boire. Une cure de 20 jours, à raison d'un litre tous les deux jours, fait fondre littéralement la cellulite. Pour celà il faut commencer à la nouvelle lune et terminer au moment du début du dernier quartier. Vous serez étonnés du résultat. C'est un remède sorcier qu'il est bon de connaître.

Les noces d'or...

Si vous désirez faire un cadeau hautement symbolique à un couple disposant d'un grand terrain, alors n'hésitez pas, offrez-lui un tilleul pour ses noces d'or !
Cet arbre est l'emblème de la fidélité amoureuse et conjugale. La légende raconte que Jupiter et Mercure se déguisèrent un jour en mendiants... histoire d'aller voir ce qui se passait sur terre. Hélas, ils se firent rejeter de partout. Seul Philémon et Beaucis, un couple de paysans, les accueillirent... En remerciement, les dieux leur accordèrent ce qu'ils avaient demandé : rester ensemble dans la mort.
Au terme de leur vie, ils furent donc changés en arbres. Le chêne pour Philémon, le tilleul pour Beaucis.

 

La géobiologie lui atribue de puissantes vibrations appaisantes. Une harmonisation des énergies vitales et une décontraction musculaire. Je me suis assise à ses pieds de longues minutes profitant de son chant et de son feuillage d'or qui tombait doucement autour de moi.

 

20161029_145643WWW.jpg

 

Dans le plein été

 

014741.jpg

 

 


30/10/2016
0 Poster un commentaire

La cascade de Pisse-vache, un lieu de guérison.

La cascade de Pissevache en valais est haute de 116 m.  Pissevache serait un haut lieu de guérison relié à deux autres lieux par un vortex.

 

Aucune vibration particulière pour moi, juste un endroit entre parenthèses. Pas bien loin, se tient une centrale électrique, la route très passante et l'auberge ne rendent pas le lieu enchanté. Pourtant, il vaut la peine de sortir de sa voiture et de grimper le sentier (dernier bout un peu dangereux et très glissant, car humide en permanence). Une fois sur place, il "pleut" des embruns. Ce matin là, la belle gardienne du lieu avait mis son écharpe colorée...

 

20160930_103834WWW.jpg

 

Le gros rocher point d'encrage du vortex

 

IMG_1329.JPG

 

Ressenti: comme souvent, près des cascades, on a envie de rire ... l'air chargé de Ions négatifs, fines particules chargées électriquement, nous dynamisent et nous apaisent. On ne sait pas trop pourquoi d'ailleurs, mais très clairement passer du temps à proximité d'eau brassée (océan à grosses vagues, cascades, rivière tumultueuse, torrent joyeux..) a un effet bénéfique sur le bien-être.

 

IMG_1325www.jpg

 

20160930_102453WWW.jpg

 


03/10/2016
0 Poster un commentaire

Creux du Van- Fontaine froide, les rochers "vibratoires"...

La pierre de la fontaine froide se trouve à environ à 50 mètres derrière celle-ci dans le Creux-du-Van à une heure aller et retour de la ferme Robert .

L’altitude est de 1126 m.

Elle n’a pas d’histoire particulière du moins à ma connaissance encore que sur une des faces est apposée une plaque  commémorative du club jurassien.

Elle est mentionnée dans l’ouvrage de Joëlle Chautemps (guide des hauts lieux vibratoires de Suisse romande) pages 90 à 92 comme dégageant une très importante force tellurique.

Avant d’arriver à la fontaine froide et à sa pierre (200 mètres avant environ), l’on observera ce sapin qui a pris racine sur un rocher  (voir photo) : j’ai fait trois fois le tour du rocher  et force est de constater que le tronc du sapin a poussé au milieu du rocher: phénomène étonnant  qui évoque  les célèbres racines  entourant un temple d’Angkor (Ta Prohm).

La pierre de la fontaine froide n'est sans doute pas un bloc erratique mais un (gros) fragment de roche s'étant détaché de la falaise toute proche. (http://www.notrehistoire.ch/group/bizarreries/photo/38127/)

 

 J'ai moi aussi fait le tour trois fois de ce bloc d'agréga. je n'ai rien ressenti de particulier, j'étais très éprouvée par la montée...

 

IMG_0805WW.jpg

 

IMG_0808W.jpg

 

 

 ici se cache pour qui sait voir un être de pierre...

IMG_0808Wa2.jpg

 

 


10/09/2016
0 Poster un commentaire

La cascade du Lac Noir - FR.S'allèger...

L‘entends-tu gronder, murmurer, gargouiller et chanter ? Il ne suffit que de quelques minutes à pieds depuis le lac pour atteindre la cascade de Schwarzsee.

 

Attention il est formellement interdit d'aller dans la vasque , des pierres se détachent souvent de la parois rocheuse et même par temps calme cela reste très dangereux.

 

 Pour se rendre compte de la force du lieu, placez-vous devant la cascade, juste devant le panneau d'interdiction et posez votre main droite sur le rocher devant vous.  Respirez un quinzaine de fois, lentement, profondément  la « lumière » liquide et cristallisée. La cascade offre une teneur exceptionnelle en énergie positive. Sa force bienfaisante vous donnera un sentiment de légèreté et de joie, de la force morale, un allègement de la pensée.

 

 

IMG_0151W1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Son arc-en-ciel dynamisera votre harmonie...

 

IMG_0155W.jpg

 

 

IMG_0150W.jpg

 

IMG_0151W.jpg

 

 Puis faite le tour du lac. Ses eaux profonde accueillerons vos pensées les plus sombre, et la marche vous remplira d'énergie positive.

 

 

IMG_0164W.jpg

 

 


09/08/2016
0 Poster un commentaire

Balade sur le chemin des sorcières - Lac Noir / FR.

Une balade qui fait la part belle aux enfants jusque vers 6-7 ans, un dragon qui chante, une cascade, un lac des ruisseaux pour y faire des barrages, des places de pic-nic et une micro plage pour faire trempette par une belle et chaude journée d'été, sans oublier une jolie place de jeux et et un restaurant avec terrasse panoramique et la possibilité moyennant finances de prendre un télé-siège pour ouvrir le paysage et grimper dans la montagne.

Le sentier des sorcières est un sentier qui peut se faire avec des roues (poussette, chaise roulante, petit vélo mais pas de skate ou de skateline). presque entièrement plat sauf é mi parcours. un raidillon d'une centaine de mètres.

 La cascade se trouve à 20 minutes du parking du bout de la route. Là aussi la sorcière est chez elle, cabane, jeux, observations sont de la partie. Ce bout du sentier doit se faire à pied, les petites roues ne sont pas les bienvenues...  (sentier forestier sur la dernière partie, avec des gros cailloux et des racines)

 

 

 La cascade et son arc-en-ciel.

 La cascade est éclairée le matin en été c'est 9-10h que vous pourrez apprécier l'arc-en-ciel si le ciel est dégagé.

 

IMG_0155W.jpg

 

Le haut de la cascade

 

IMG_0150W.jpg

 

IMG_0151W.jpg

 

le lac dans son écrin de verdure

 

IMG_0164W.jpg

 

le dragon de la montagne

 

20160808_110248[1].jpg

 

 

IMG_0137W.jpg

 

 

IMG_0167W.jpg

 

IMG_0175W.jpg

 


09/08/2016
3 Poster un commentaire

La source de la Saine (Jura - 39) 1ère visite

Voilà un lieu mystérieux qu'il me tardait de contempler... Nous nous y sommes rendu en mars 2016 la veille du printemps.

 

Depuis le parking "chez Vallet", nous nous engageons sur  le sentier boueux et recouvert de neige encore fraîche, il a neigé deux jours auparavant,

d'abord sous le couvert d'une double haie, puis à travers les pâtures, nous montons tranquillement en direction de cette échancrure qui se dessine au flanc de la montagne du Bayard.

En contre-bas, le vacarme des flots de la Saine annonce une puissante résurgence. C'est du haut d'un promontoire que l'on découvre le cirque rocheux : falaise irrégulière et fissurée au pied de laquelle se déverse un large cône d'éboulis.

Et là, au bas des cailloutis, un flot bouillonnant surgi de nulle part ! 

Cette source est originale, elle nait  du mariage d'un désert de roches et de sable, au pied d'un immense entonnoir de pierre. Ce n'est pas une résurgence comme on peut en voir ailleurs.  La légende dit qu'un grand cheval blanc vint s'y désaltérer avant de chevaucher les monts alentours. Y aurait-il un gardien élémentaire ? Le chemin boueux et encore recouvert de neige grimpe doucement sur un bon km dans les pâturage au départ de Foncine le Haut. Récemment aménagé, le sentier se termine par divers belvédères qui permettent d'approcher la source au plus près.  

 

Nous ne sommes pas descendu cette fois, le crépuscule tombait, il y avait encore de la neige glacée sur le sentier du bas...

 

La vue d'ensemble (photo de Par Pmau — Travail personnel, CC BY-SA 4.0,) au grand angle. Nous n'avions pas pris le nôtre...

 

 

 

 Ce lieu dégage une force incroyable

 

20160319_174914_W.jpg

 

La vie au milieu des roches

 

IMG_6828_W.jpg

 

La Saine poursuit sa route et va se fracasser en de majestueuses cascades derrière un viaduc férroviaire.  Ce sera l'un de nos prochain but de balade...


20/03/2016
1 Poster un commentaire

La chapelle de St Romain de Roche - Jura (39)

St Romain de Roche est un hameau de la commune de Pratz, dans le département français du Jura. La chapelle est située sur un éperon rocheux facile d'accès depuis le haut du hameau, parking obligatoire. Une documentation sous forme de panneau vous informe de l'histoire du lieux, à proximité de la chapelle.

Qui était Saint Romain ?

 

En 425, délaissant sa famille, St- Romian décida de se retirer comme ermite dans les montagnes du Jura. Il prit son chemin vers l'est, traversa de grandes forêts et finit par atteindre la Bienne. Il venait de trouver ce qui lui convenait : de la terre labourable, des arbres et du silence. À Condat (aujourd'hui Saint-Claude), il trouva refuge sous un grand sapin solitaire dont les branches épaisses formaient une sorte de voûte impénétrable à la pluie. En dehors de l’abri jaillissait une fontaine fraîche où il pouvait de désaltérer. Sa nourriture était constituée de baies sauvages. Il avait apporté une bêche et des graines.

Il ensemença ce désert et put bientôt vivre de ses récoltes. Il vécut là quelques années comme s'il était dans le désert égyptien de la Thébaïde. Son frère Lupicin vint le rejoindre quelques années plus tard. Ils priaient tous les jours en se prosternant contre terre et vivaient du fruit de leur labeur.

 St Romain fonda le monastère de Romainmôtier en Suisse dans le canton de Vaud... ;), Avec son frère il administra divers prieurés et l'abbaye de St- Claude. Les vestiges de l'abbaye sont visibles au musée du même nom.  A l'emplacement de la chapelle datant du XIIIe s. se trouvait un monastère (de bois) qui abrita de nombreuses moniales sous la direction de la sœur  de Romain. C'est près de sa sœur, sur ce plateau, surmontant la Bienne qu'il vint mourir. Ses reliques furent transportée au VIIe s. à St- Claude au cœur de l'Abbaye qu'il dirigea de son vivant.

 

 

Ce qui est intéressant avec cette chapelle, c'est qu'elle semble être une chapelle de type initiatique.  En effet sur le sentier qui mène à la chapelle, un âne est gravé dans la roche. L'âne initiatique que l'on retrouve dans "Peau d'âne", ce même âne est gravé sur la voûte d'entrée... je laisse au érudits géobiologistes, clairvoyants le soins de vous informer davantage sur ce sujet. Pour ma part, j'ai joué avec mes baguettes qui se croisent à l'intérieur de la nef, sur le passage de la porte. L'endroit est attirant, charmant et mystérieux...
 Diverses constructions que je ne saurais dater, mais qui semblent avoir été restaurées, sont l'une sur la butte tout à côté et l'autre au pied de cette dernière. Il y a une source (fontaine sacrée) mais nous ne l'avons pas cherchée faute de savoir qu'elle existait.

 

Place aux photos.

 

Au débouché du sentier qui y mène nous découvrons la chapelle.

 

chapelle_w.jpg

 

L'âne gravé dans la roche (du site http://lieuxsacres.canalblog.com/)

 

ane-grave.jpg

 

L'âne qui rit surmonte le passage de la porte.

 

_MG_4436_W.jpg

 

l'intérieur, muret et poutre de gloire supportant la croix du XVIe s. Voûte de pierre en berceau brisé de la transition romane -gothique.

 

IMG_6488_w.jpg

 

Le vitrail représente St Romain donnant le voile à sa sœur Yola

 

IMG_6493_w.jpg

 

Une tête humaine sculptée décore la console qui reçoit une nervure de la voûte de pierre. Cette tête est mystérieuse, j'ignore sa date de réalisation certainement postérieur à la construction de la chapelle. Le style maniéré, presque sentimental, la situerait davantage au XVII qu'au XIIIe s.  

Suivons son regard, que voit-il ?

 Mystère...

 

 

IMG_6490_w.jpg

 

 A l'extérieur un magnifique panorama déroule un méandre de la Bienne.

 

méandre-de-la-Bienne-St--R.jpg

 

 

 Sur la butte un autel bizarre, vestiges de mure, et citerne d'eau de pluie (celte ?) située derrière l'autel... Encore des mystères sans explications...

 

IMG_6527_w.jpg

 

Comme pratiquement chaque lieux vibratoires visités, il y a un foyer... ces lieux attirent mystérieusement, on s'y sent bien , et je ne dois visiblement pas être la seule qui le ressens vu que d'autres s'y installent pour y griller de quoi se sustenter et se réchauffer.

 

 

 

La tête d'âne est symbole de Mithra, emblème de la fin de l'initiation. Dans un graffiti des  catacombes on montre une croix surmontée de cette tête (étrange union qui semble nous confirmer la possibilité d'une fusion de certaines communautés du rite de Mithra dans le christianisme).
Dans une influence du rite de Mithra ne pouvons-nous pas inscrire cette insolite fête de l'âne qui subsistait en plein Moyen-Age et où l'on dansait autour d'un âne ? Le conte initiatique de Peau d'Ane, repris par Perrault, mais bien antérieur, va nous montrer l'initiée revêtir tour à tour des robes de différentes couleurs pour finir par la peau d'âne... Dernière étape. Zoroastre, le Prophète Balaam ont un âne pour monture; dans l'antiquité il est la monture des sages et Jésus en chevauche un dans sa marche triomphale sur Jérusalem.
Certains auteurs ont avancé que la présence de l'âne et le boeuf à la crèche (l'un et l'autre n'étant pas formellement indiqués dans les Ecritures) seraient un des vestiges de l'âne et du taureau de Mithra. Après tout Strabon ne donne-t-il pas le nom d'un certain Moschus (Moïse) comme fondateur du rite mithriaque... tiré de http://www.gallican.org/mithra.htm

 

De quoi revisiter le conte de peau d'âne dans sa version d'origine... et des interprétations successives qui lui sont adjointes.  Nous gardons dans les contes et légende la mémoires des rites anciens, des croyances, des mélodies... c'est un patrimoine intemporel.


24/02/2016
1 Poster un commentaire

Pierre du Tomeley.(Forclaz)


J'emprunte à l'Hebdo:

Le menhir du Tomeley à la Forclaz

Le jour du solstice d’été «les rayons, telle une boule de feu, une lame d’épée lumineuse, déferlent dans le ravin et les précipices au pied de la Tour-de-Mayen et arrivent devant la pierre dressée» écrit Jean-Adrien Lavanchy à propos du menhir du Tomeley dans son fameux livre Les symboles de l’Occident.

Du coup, tous les 21 juin, vers le soir, la grasse prairie qui l’entoure regorge de promeneurs et d’observateurs curieux, venus voir ce bloc qui se dresse telle une colonne en marge du chemin champêtre qui mène depuis La Forclaz vers le lac des Chavonnes.

Servait-il vraiment de repère aux Celtes, aux guides et aux chasseurs, notamment, qui vivaient au rythme du calendrier solaire? D’autres voix, moins passionnées mais plus pragmatiques, mettent en doute cette vision très romanesque du lieu.

Les habitants de La Forclaz constatent que le soleil caresse alternativement, mais tout naturellement, la pierre lorsqu’il est au déclin derrière les sommets qui surplombent Leysin. Mais pas seulement le 21 juin…

Qu’on y croie ou pas, la légende n’en demeure pas moins fascinante. Et la pierre elle-même imposante. Ainsi la magie opère à toute heure depuis ce promontoire qui regarde le glacier des Diablerets d’un côté, les tours de Mayen, de Famelon, et d’Aï de l’autre.

Avec sa touche de mystère, le lieu se révèle fort propice à la rêverie. D’autant plus que, croquis à l’appui, Jean-Adrien Lavanchy décèle dans le panorama depuis Tomeley une «bande dessinée naturelle surgissant de la préhistoire».

 

Ni une, ni deux, ce lieu intrigue mon mari, Sir Plume, et me réserve une belle surprise... En route donc...

 

 H3+, VO1, CCT+(4 bras,11m), TU(Sex Rouge,A), HHH, EL

 

tomeley-1.jpg

 

Sur place, nous constatons qu'à cette période le 9 novembre, il est dans la "nuit" même en plein jour... Sorte de grand doigt légèrement replié vers le haut, c'est à dire que le sommet avance sur la base. Une fois blottie contre lui, j'ai bien cru qu'il cliquetait : mais non.... ce bruit venait  de plus bas: le son était bien plus fort à cause de la forme du menhir qui rabattait l'onde sonore vers ma tête.

 

tomeley.jpg

 

 

Que voyez-vous ? (réponse dans les commentaires)

 

 

20151108_142024.jpg

 

 

de loin, je vois... non... je dois avoir l'esprit mal tourné... (hé hé)

 

Puis, bien sûr, par cette splendide journée, nous sommes monté au lac Chavonnes...

 

 

20151108_134828.jpg

 

 

Le lac en basse eaux. Quelqu'un veillerait-il sur son miroir ?

 

20151108_134906.jpg

 

 

Au pays des fées et des lutins... comment de pas voir dans cette vieille souche, un trolll qui souri malicieusement ... je ne l'ai pas ajouté... je l'ai découverts en recadrant la photo. (dans le premier tiers de l'image...) le voyez-vous ?

 

20151108_135110.jpg

 

 

Les pyramides de gypse du col de la Croix.

Au retour... Non non, nous sommes pas dans le Névada... mais au Col de la Croix éclairé par le soleil de toute fin d'après midi.

 

 

 IMG_6382.jpg


10/11/2015
9 Poster un commentaire