Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

Balades d'un jour


St-Ursanne

 IMG_3579-Edit.jpeg

 

St-Ursanne, perle du Jura, séduit par sa physionomie médiévale et pittoresque, grâce à ses trois magnifiques portes (Saint-Paul à l'ouest, Saint-Pierre à l'est et Saint-Jean au sud) ainsi que son pont sur le Doubs dédié à St-Jean de Népomucène.
Le centre historique n'a que très peu été modifié au cours de ces derniers siècles et est en majeure partie caractérisé par ses maisons bourgeoises datant du XIVe au XVIe siècle.

 

L'abbaye, fondée à l'origine par des moines bénédictins, avec sa basilique romane datant du XIIe siècle ainsi que son cloître, constitue le point fort de la ville. Le portail sud de la collégiale (aux alentours de l'an 1200) de style roman bourguignon figure parmi les œuvres les plus remarquables de ce genre dans toute la Suisse.
 

Le patrimoine de la ville de Saint-Ursanne est riche et varié. La Collégiale, le Cloître ou encore le Musée lapidaire, un jardin médiéval au bord de la rivière et une jolie terrasse avec vue sur le pont Népomucène et le Doub peuvent en témoigner.

 

Une ville à découvrir sans plus tarder.

 

La vue aérienne permet de bien comprendre l'urbanisme actuel. Les maisons ont été construites sur les vestiges de la muraille d'enceinte. (photo tirée d'arcinfo.ch)

 

8862387.jpg

 

En route pour découvrir cette jolie bourgade des Franches Montagnes ( JU)

 Les façades de toutes les couleurs !

 IMG_3529 Porte St-Pierre rue du 23 Juin-Edit.jpeg

 

 

La porte de la ville côté est, la Porte St Pierre

 

IMG_3532-Edit.jpeg

 

Il fait bon s'y perdre et se balader. Le bourg est tout petit, pas de risque. 

 

IMG_3538 rue Vaicle-Edit.jpeg

 

Au rez de l'Hôtel de Ville se trouve un marché couvert, 

une halle de marché à deux travées et voûtes d'ogives.

 

20190912_141803-Edit.jpeg

 

20190912_141821-Edit.jpeg

 

Faire son marché dans un tel décor doit être un plaisir !

 

IMG_3543F Hôtel de Ville rez-de-chaussée ancienne halle de marché-Edit.jpeg

 

La vue depuis les bords du Doubs en direction de l'est

 

20190912_141116-Edit.jpeg

 

Un premier pont doit avoir existé vers 1440. On peut supposer qu’il fut également construit en bois, comme celui connu grâce à une représentation de la ville au 16ème siècle. Des chroniqueurs rapportèrent que l’hiver 1670 fut si froid que même le vin gela dans les caves. Le pont de bois fut alors détruit par la glace que transportait le Doubs. Son successeur fut construit en 1728/29 par le maître maçon Brunet, d’après les plans de l’avocat Humbert, et orné de la statue de St jean de Népomucène,

qui semble chercher l’ancien pont du regard, en aval.

 

IMG_3579-Edit.jpeg

 

St Jean Népomucène, une sorte assurance tout risque, est l’un des saints les plus vénérés, vu la multiple protection qu’il accordait : il est le patron des bateliers, des ponts, des prêtres, de tous les hommes qui avaient quelque chose de commun avec l’eau.

 

20190912_151135-Edit.jpeg

 

et comme on n'est jamais assez trop prudent, une croix rappelle le caractère sacré de la ville qui s'est bâtie autour d'une abbaye, et la protection du pont.

 

20190912_151516-Edit.jpg

 

 

Au bout du pont, la porte sud, celle de st- Jean

 Les fondations de cette porte remontent également à la fin du Moyen-Âge. Depuis sa reconstruction à la fin du XVIIe siècle, elle est flanquée à l’ouest d’une tourelle d’escalier,

qui avait sans doute une fonction défensive.

 

IMG_3580-Edit.jpeg

 

Enfin la porte Ouest, dite de St Paul avec St Ursan,

A l’ouest de la collégiale se trouve la porte Saint-Paul, qui est mentionnée pour la première fois en 1296. Suite aux destructions causées par la guerre de Trente Ans, cette porte a été reconstruite en 1664 et est depuis lors célèbre pour son toit brisé à quatre pans très élevé.

 

IMG_3563-Edit.jpg

 

 

La collégiale date du XIIe s. 

 

IMG_3541-Edit.jpg

 

 

L'entrée de l'église est monumentale on y accède par une volée de marches. 

 Son tympan est un bel exemple d'art roman. daté de la deuxième moitié du 12e s, il a gardé ses couleurs (fait assez rare pour être souligné).

 

IMG_3547www.jpg

 

Détails

 

Sur les deux premiers chapiteaux, nous trouvons  les quatre évangélistes, tétramorphes, zoomorphiques  et  nimbés. Ils sont assis sur des trônes, pourvus de grandes  ailes, des deux mains, ils présentent chacun sur leurs genoux un  livre ouvert  et dressé, leurs chaussures, souples et pointues, reposent sur l'astragale. Leurs longs vêtements sont ornés au cou et à l'extrémité des manches, d'une broderie de perles.

Tétramorphe : symbole groupé des quatre évangélistes, cantonnant ordinairement (aux quatre coins d'un évangéliaire), le Christ en majesté. Conformément au texte de l'Apoc 4,1-11 ou Ez 1,1-28, nous avons ici deux ailes (et non six !). Le tétramorphe est symbole, dès le Ve siècle (on le voit à San Vital à Ravenne), des quatre évangélistes : forme humaine pour Mt ; lion pour Mc; boeuf ou taureau pour Lc ; aigle pour Jean.
Il est symbole aussi des quatre fleuves du Paradis. (histoire religieuse du Jura.blogspot.com)
 
 
IMG_3552.JPG
 
 
Sur le premier chapiteau, on voit  trois aigles aux ailes déployées, dont les serres reposent sur l'astragale. CHAPPATTE propose une explication qui passe de la mythologie (mythe d'Icare) au sens du baptême : l'aigle vieillissant voulait accéder au soleil, au risque de se brûler les ailes s'il ne descendait précipitamment pour se plonger dans une source rafraîchissante. Ainsi, le chrétien voulant accéder à Dieu doit se plonger par trois fois dans l'eau du baptême pour accéder à une vie impérissable et devenir une créature nouvelle.
Ce chapiteau est identique à Bâle (portail Saint Gall), des deux côtés de l'entrée, mais les aigles sont adossés à de hautes tours percées de fenêtres romanes. (histoire religieuse du Jura.blogspot.com)
 
Sur le deuxième 
Une sirène nue, revêtue de sa seule et longue chevelure, allaite un enfant. La femme et l'enfant ont une terminaison de queue de poisson. Un homme se tient de chaque côté de la femme : le premier est sur pieds et semble appuyer sur la femme une main protectrice, le second a une queue de poisson et porte sur son épaule un énorme poisson dont la bouche arrive à l'oreille de la femme.
La sirène représenterait une scène de séduction. Tandis que l'homme sur pieds, protecteur de la femme, se prend pour le chef de son foyer, la femme séductrice se laisse enjôler par un mâle adultère et donne naissance à l'enfant du péché.
On trouve des analogies dans le mythe de Mélusine et de Raymondin.(histoire religieuse du Jura.blogspot.com)
 
IMG_3553-Edit.jpeg
 
Je vous laisse le plaisir de découvrir par vous même les autres détails de ce tympan majestueux.
 
La Vierge à l'Enfant
 
IMG_3551-Editwww.jpg
 
Dans la niche gauche se trouve la Vierge tenant sur ses genoux son Enfant. C'est la Vierge de l'Apocalypse. Le fond est constitué par des rayons.

"Un grand signe apparut dans le Ciel : une Femme revêtue de soleil,
la lune sous ses pieds et sa tête couronnée d'étoiles...".
 
"La Vierge est ici vue de front, couronnée du diadème roman constitué d'étoiles.
Sous des airs austères, la Vierge est souriante.
Son trône est orné de pointes de diamant.
La Vierge tient en main le fruit tandis que l'Enfant porte le Livre de Vie
et bénit les fidèles pénétrant dans l'église".
(histoire religieuse du Jura.blogspot.com)
 
 
Le petit personnage sur la droite du tympan est St Ursan
 
Dia_56.jpg
(photo de (histoire religieuse du Jura.blogspot.com)
 
La crypte de la collégiale
 
(lieu vibratoire entre les 4 piliers du centre.)
 destinée au pèlerinage et à la vénération des reliques de st Ursan. 
 
IMG_3571-Edit.jpeg
 
 
 
Le cloître gothique
 
20190912_145126-Editwww.jpg
 
20190912_145259-Edit copie.jpg
 
IMG_3554-Edit.jpeg
 
 
Sur le chemin du retour, quelques épicéas typiques des Franches Montagnes
 
IMG_3591www.jpg
 
Des paysages très typés de cette région
 
IMG_3592www.jpg
 
IMG_3590www.jpg

13/09/2019
1 Poster un commentaire

Haute Savoie

 

La Haute Savoie n'est pas très loin de chez moi, juste de l'autre côté du lac Léman. En moins de deux heures nous pouvons être au cœur des Alpes.

 Une belle et très chaude journée se profile, hop nous décidons d'aller prendre le frais en altitude. Direction la Vallée de l'Arve. Pampigny-Genève-Cluse- Le Reposoir et sa chartreuse, une endroit bien mystérieux, puis direction Flaine station de ski des Alpes.

 

 

carte.jpg

 

 

 

Premier arrêt à la Chartreuse du Reposoir. Ce n'est pas la première fois que nous y allons nous y sommes allés spécifiquement une journée du patrimoine pour visiter le petit bijou de cloître gothique qu'elle contient. 

 

Depuis 1932 cette chartreuse est habitée par une communauté de carmélites qui perpétue la prière continuelle. Elle ont réaménagé la distribution des lieux et certaines petites maisons des Père chartreux sont devenues la buanderie, la roberie, l'atelier etc... certaines sont divisées en cellules monacales.  Le monastère ne se visite pas. Seule le premier cloître d'origine romane et à ciel ouvert, la boutique, l'église cartusienne, et une maquette, un audio visuel sont accessibles au public.  Fan de chartreuse comme je suis, je fais un long arrêt à la boutique-librairie. Hélas pour moi, les carmélites font vœux de pauvreté et leur boutique est à leur image. J'achèterai un baume pour lèvre à l'orange et un petit fascicule sur la croyance du purgatoire dans l'Eglise catholique. Un domaine dont j'ignore presque tout. 

 

La Chatreuse apparait comme suspendue entre terre et ciel, enchâssée comme un bijou sur son tapis de velours émeraude.

 

IMG_2405www.jpg

 

 

 

Vue d'ensemble de la chartreuse du Reposoir

 

IMG_2411www.jpg

 

 

 

 Devant elle, l'antique vivier des moines, petit gouille qui s'agite de truites et de carpes très nombreuses. 

 

IMG_2404www.jpg

 

Il faut toujours retourner dans un lieu qui nous semble connu. A la Chatreuse du Reposoir nous avons minutieusement lu des panneaux accessibles au public et avons découvert, alors que nous pensions connaître, un endroit des plus étranges. 

 

Un lieu introuvable (nous avons du demander des explications, car signalé sur aucune carte) mystérieux et vibratoire au possible. Le sentier qui y mène débute le long de la route et est signalé par un petit écriteau caché dans le feuillage. Vibratoire, cette ruine romantique devait l'être,  pour qu'attirée,  j'accepte de grimper 300m de raidillon par 32° en faisant de multiples arrêts.  Nous étions non seulement en nage, mais aussi particulièrement essoufflé.. 

La Porte d'Age est mentionnée par les textes dès le XIVe siècle. Cette ancienne ferme, dont il ne reste plus que de belles ruines restaurées en 1998, était la porte d'entrée du domaine des Chartreux. Un fermier y habitait et était chargé de percevoir le péage dû aux moines. Remarquez la statue polychrome de la Vierge à l'Enfant dans l'une des niches.

 

IMG_2422F2Ewww.jpg

 

 

 IMG_2430www.jpg

 

 Des vestiges d'annexe  encadrent le passage voûté. Le sentier bordé d'orties devait être bien mieux aménagé il y a des siècles, puisque sur place le panneau didactique informe que c'était le seul chemin carrossable ( où l'on puisse tirer et pousser un charriot tracté par des bœufs ) qui menait

à la Chatreuse du Reposoir.

 

 

IMG_2426www.jpg

 

Dans notre couple et avec nos enfants, ces étranges portes qui n'appartiennent qu'à des ruines mystérieuses, sont nommées "Porte des Etoiles" en référence à une série télévisée.

 

Ce fut une belle découverte ! Le sentier continue dans la forêt et descend en pente pour rejoindre le village du Reposoir.

 

 

 

Changement de décor.

Nous redescendons à Cluse. 

 

 

En route pour Flaine. L'accès se fait par une route de montagne en provenance de Magland, via Arâches-la-Frasse et Les Carroz d'Arâches. On arrive dans le cirque de Flaine après 25 km de parcours depuis la vallée de l'Arve, et après avoir franchi le col de Pierre-Carrée, qui culmine à 1843 mètres.

 

Classée monument historique, cette station a été créée en 1968 par le géophysicien Éric Boissonnas, au cœur d'un grand cirque naturel à 1 600 m d'altitude, et conçue comme « station intégrée », skis aux pieds et sans voiture. La station est construite sur trois niveaux : « Flaine-Forêt » (1 700 m), « Flaine-Forum » (1 600 m) , « Flaine-Front de neige » (1 500 m), reliés par deux ascenseurs extérieurs et deux chemins piétonniers.
Avec l'architecte suisse Gérard Chervaz, Eric Boissonnas a fait le pari d'y créer un exemple d'urbanisme, d'architecture et de design, pour lequel la rentabilité immédiate serait subordonnée aux choix esthétiques et au respect de l'environnement. Il a été fait appel à Marcel Breuer, architecte mondialement connu du Bauhaus et ses associés Laurent Chappis, Gérard Chervaz, André Gaillard, Denys Pradelle. La ligne directrice de la conception architecturale a été le respect de la nature : les lignes du plan masse sont donc harmonisées avec celles de la morphologie du site. Le béton est volontairement présent, fondu par sa couleur avec le calcaire environnant. La volonté de ses promoteurs éclairés était de réaliser « un prototype d'architecture, d'urbanisme et de design à la montagne ». Aujourd'hui cette volonté a été reconnue avec le classement de l'Hôtel Le Flaine aux monuments historiques.( wiki)

 

 

Exemple de l'architecture des lieux. 

 IMG_2507www.jpg

 

Flaine, vue d'ensemble dans son cirque ( image du site http://www.location-carroz.com/filer-a-flaine-pour-lete/) 

 

 

flaine-ete-2017-1.jpg

 

 Nous sommes ici pour admirer le plus grand lapiaz d'Europe, un désert minéral,

avec en toile de fond le massif du Mont Blanc.

 

 

En montant les 1000m qui nous sépare de la crête en télécabine 

 

IMG_2432www.jpg

 

 

Sur la crête.

 

Classé depuis 1998 pour son exceptionnel intérêt paysager, le désert de Platé attire et surprend grâce à son apparence extraordinaire. C’est comme « marcher sur un glacier pétrifié », « sur la lune »…

Pour notre part, nous avons ressenti une grande impression dhumilité face à ces curiosités de la nature que ce soit le lapiaz, ou encore le Mont Blanc. On se sent vulnérable et petit dans cette nature grandiose.  Ce géant est à 20km et nous somme à mi hauteur, il fait encore 2'000m de plus. D'ici on se rend très bien compte du recul des glaciers, c'est assez impressionnant !

 

IMG_2445www.jpg

 

 

Le Mont Blanc et son nuage si spécifique, un lenticulaire. 

 

 

IMG_2457www.jpg

 

 

Une vue au téléobjectif des aiguilles sous le massif du Mont blanc, les Grandes Jorasses la tête dans les nuages, à droite. 

 

IMG_2482-Editwww.jpg

 

Une petite partie du lapiaz et le massif du Mont Blanc au fond, sous un autre angle. 

 

IMG_2494www.jpg

 

 

Lapiaz en pente et le sommet de l'Aiguille Verte qu'on aperçoit à peine, émergeant du nuage.

 

IMG_2500www.jpg

 

 

Deux petites vidéos qui complètent ce petit aperçu de notre escapade d'un jour. 

 

ICI (~2 minutes)

 

et 

 

LA (~3 minutes)

 

 

Quelques fleurs sur le lapiaz, des myosotis

 

IMG_2486www.jpg

 

 

Armérie des montagnes (nous avions vu la variété maritime en Bretagne ce printemps)

 

IMG_2475www.jpg

 

 

 

 Sur le lapiaz, le Désert de Platé, des campanules se balancent dans le vent 

 

 IMG_2483www.jpg

 

 


11/08/2019
0 Poster un commentaire

Visiter Yverdon-les-Bains en réalité augmentée

Juillet 2019

 

 

Après avoir repéré une activité culturelle et historique dans je ne sais plus quel journal, nous sommes partis le matin pour Yverdon. Non sans avoir réservé par téléphone (Avenue de la Gare 2 · CP 1016 · CH-1401 Yverdon-les-Bains · T +41 24 423 61 01 · info@yverdon-les-bains.ch) une tablette à l'office du tourisme. Il vous faudra déposer votre pièce d'identité en caution et le prix est de 10.- pour la location.  La tablette propose deux balades en réalité augmentée. Une visite de type famille avec un canard qui vous guide à travers la ville et commente les points selon un parcours déterminé et une visite approfondie du Castrum d'Yverdon qui n'est pas le site du château, mais un site avec vestiges romains un peu plus loin. Il est possible de combiner la visite de la ville et Castrum en passant d'une application à l'autre sur la tablette.

 

Il est possible d'installer l'application gratuitement sur sa propre tablette ou son smartphone. 

 

La vue sur les thermes et le mur avec une tour,  en réalité augmentée (photo du net)

 

 

Résultat de recherche d'images pour "visiter yverdon realité augmentée"

 

Au premier siècle ap. J.-C., un énorme castrum protégeait le port de la ville romaine d’Eburodunum. Aujourd’hui appelée Yverdon-les-Bains, la ville a conservé quelques vestiges du castrum, visibles au centre-ville. Une application pour smartphones et tablettes permet de visiter le castrum grâce à la réalité augmentée.

En 325, les Romains d’Eburodunum/Yverdon érigent un castrum pour protéger le port des attaques alamanes. Principale base fluvio-lacustre du nord des Alpes, Eburodunum, au bord du lac de Neuchâtel, occupe une place stratégique sur les grands axes de communication. Les recherches laissent supposer que les Romains s’intègrent à la population locale, adoptent de nombreuses coutumes et développent les leurs.

Une importante forteresse romaine est érigée à Eburodunum sur 2 ha, entourée d’une muraille rythmée par 15 tours en maçonnerie.

En 405, les Romains se retirent, abandonnant le castrum. Les derniers vestiges seront rasés en 1860 pour permettre l’extension de la ville. 

 

Ludique, et instructive, cette visite fait connaître Eburodunum, l'ancien nom latin d'Yverdon.  C'est ainsi que nous ignorions tout du Castrum qui comportait des thermes et un grenier à grains. 

 

 

IMG_2285Fwww.jpg

 

Plume sur les vestiges du mur du castrum datant du 4 eme s. 

 

 

 

La visite de la ville fait découvrir des endroits quelques peu secrets et connu des habitants du quartier seulement... Ses rues piétonnes, ses façades colorées et divers point de vue sur le château et le centre historique. 

 

IMG_2288Fwww.jpg

 

Dans les ruelles de la vieille ville

 

 

 

 

20190730_114043 recadree.jpg

 

 

une photo mystère à retrouver dans la ville sur le chemin du Castrum

 

 

IMG_2297www.gif

 

La jolie rue du milieu dans la vieille ville

 

Il est possible de visiter le musée du château qui contient des barques dont il est question dans le parcours et des monuments votifs.

 

La plage pour se rafraîchir se rejoint en bus, deux musées seront le thème de notre prochaine sortie dans cette jolie ville. 


31/07/2019
1 Poster un commentaire

Sur la piste des dinosaures dans le Jura français

Cet article est privé il n'est donc visible que par les personnes ayant reçu le mot de passe de la part du responsable du blog.
Si vous connaissez le mot de passe, saisissez-le ci-dessous :


Escapade aux sources de la Suisse


Par une belle Journée d'été nous sommes partis en voiture au cœur de la Suisse. Le lac de Sempach est situé au cœur de la Suisse et est environné de magnifiques paysages. Une nature intacte, des curiosités culturelles et historiques, des plaisirs de la table hors du commun et les nombreuses possibilités de sport font de la région du lac de Sempach une destination idéale.

  • Petite ville historique de Sempach – la petite ville historique de Sempach se trouve au bord du lac supérieur de Sempach au cœur d’un paysage magnifique.
  • Vieille ville de Sursee (lauréate du prix Wakker 2003) – la petite ville dorée au cœur de la Suisse réunit histoire, culture et modernité et est également l’agglomération de la région.
  • Château-musée de Beromünster – emplacement de la première impression suisse datée.
  • Station ornithologique, Sempach – centre national de recherche et de protection des oiseaux indigènes et de leur habitat.
  • Bataille de Sempach – victoire des cantons suisses primitifs sur les Habsbourg (9 juillet 1386).
  • Musée des ours en peluche, Sempach – on peut voir plus de 2000 ours en peluche sur les 3 étages du musée.
  • Collégiale de Beromünster – collégiale imposante du 11e siècle. ( site  https://www.myswitzerland.com/fr-ch/region-du-lac-de-sempach.html)
 
Nous n'avions pas le temps de tout faire en une journée, surtout  en plus du trajet.  
Toutefois nous avons fait plusieurs haltes.
 
Pour commencer et parce que nous adorons les chapelles, celle de St. Martin auf Kirchbühl et ses dépendances. Cette chapelle attestée dès 1234 a des origines historiques plus anciennes. Elle fut construite sur les restes d'un bâtiment romain dont l'origine se perd… lieu cultuel ? Lieu funéraire ? Fermage d'un domaine plus vaste ?  On ne sait pas. Elle fut pendant tout le moyen-âge, l'église paroissiale de la Ville de Sempach dont elle distante d'une bonne demi-heure de marche. Sise dans un hameau sur les hauteurs du lac de Sempach elle a appartenu à la grande Abbaye Murbach dans les Vosges, puis fut cédée en 1420 au monastère de Saint Leodegar im Hof de Lucerne. 
 
Les hortensias du porche d'entrée  se tiennent, comme de nombreux pèlerins à genoux, attendant une improbable bénédiction.   
 
20180720_110937-Edit.jpeg


 
IMG_4905www.jpg
 
L'église qui contient des fresques, était fermée lors de notre passage.
Elles illustrent entre autre, la légende des trois morts et des trois vifs, légende très populaire entre le 13 et le 15 ème siècle.
 
Le Dit de Nicolas de Margival (fin XIIIe siècle) présente les trois jeunes gens comme étant pleins d'orgueil, issus de puissantes familles royale, ducale et comtale. Dieu, voulant les avertir, les met en présence de trois morts décharnés. Chaque personnage prend ensuite la parole puis, dans la conclusion, les morts laissent les vivants pâles et apeurés, tirant la morale : « Menons la vie qui plaît à Dieu, gardons-nous d'aller en enfer, sachons que la mort nous saisira aussi, et prions Notre-Dame, à l'heure de notre mort, d'être près de son fils. » ou ici: nous avons été ce que vous êtes, vous serez ce que nous sommes, veillez et priez !
 
L'église a été longtemps entourée d'un cimetière
 
IMG_4907www.jpg
 
 
A deux km, par un chemin interdit à la circulation,
se trouve la chapelle historique de la bataille de Sempach.
Construite un an après la bataille elle commémore sur les lieux mêmes, la victoire des Suisses.
La bataille de Sempach a eu lieu le 9 juillet 1386.
Elle opposa les troupes du duché d'Autriche menées par Léopold III de Habsbourg, qui sera tué dans la bataille, et celles de Lucerne appuyées par des éléments
provenant d'Uri, Schwytz et d'Unterwald, les cantons fondateurs de la Suisse moderne.
 
Ouverte, elle contient une fresque qui illustre ce moment clé de notre histoire.
C'est un peu seuls contre tous !!!
(les cantons suisses à gauche)
 
 IMG_4916www.jpg
 
On reconnaît bien dans le fond le lac de Sempach, l'église de St-Stephan au centre de la ville de Sempach enclose dans ses remparts (dont il reste actuellement 2 tours et un bout des remparts) et notre petite chapelle de St-Martin, un peu sur la droite. 
 
 Un détail: le tireur autrichien ...
 
20180720_112449www.jpg
 
 
L'intérieur dans son ensemble.
 
IMG_4918www.jpg
 
 
Toujours dans la région, à Küsnach, une autre chapelle fait référence à notre héro légendaire national.
Les anglais ont le Roi Arthur, Robin des bois
nous avons Guillaume Tell.
 
Guillaume Tell (en allemand Wilhelm Tell) est un héros de l'indépendance de la Suisse.
Figure probablement légendaire, il aurait vécu dans le canton d'Uri au début du XIVe siècle.
Le bailli impérial de Schwyz et d'Uri — au service des Habsbourg, qui tentent de réaffirmer leur autorité sur la région —, Hermann Gessler, fait ériger un mât surmonté de son chapeau, exigeant que les habitants le saluent comme s'il était effectivement présent. Guillaume Tell passe devant le chapeau en l'ignorant. Gessler le condamne alors à tirer un carreau d'arbalète dans une pomme posée sur la tête de son fils (Walter). Par la suite, Tell tue Gessler d'un carreau d'arbalète en plein cœur alors qu'il passait dans le chemin creux (Hohle Gasse) situé entre Küssnacht et Immensee.
Le récit a donné lieu à de nombreuses controverses historiques portant sur son authenticité. Aujourd'hui, l'histoire est plutôt tenue comme une légende dont on retrouve des éléments dans les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus.
 
Le fameux chemin creux
Histoire
Selon le livre blanc de Sarnen, c'est sur cette route que Guillaume Tell aurait tué le bailli Hermann Gessler d'un carreau d’arbalète. 
En 1934, une fondation est créée pour assurer la conservation du chemin, menacé par le développement routier de la région.
(Wikipédia)
 
 
 
 IMG_4925-Edit.jpeg
 
 
Le chemin creux dans les années 1930
 
05-hohle-gasse-vor-1937.jpg
 
 

La fin de l’histoire! Le Chemin creux est une portion de route qui, pendant des siècles, faisait partie d’une voie de communication interrégionale. Au XVIe siècle, le marché annuel de Zurzach devint progressivement l’une des foires les plus importantes de la Haute Allemagne. Les marchandises en provenance du nord de l’Italie, qui arrivaient par le Gothard et le lac des Quatre-Cantons, étaient déchargées à Küssnacht et acheminées à Immensee en empruntant le Chemin creux. De là, on les expédiait vers le Rhin via le lac de Zoug et, plus tard, le lac de Zurich. Dans le sens inverse, le sel indispensable à l’élevage du bétail était transporté de la région bordant le lac de Constance vers l’Oberland bernois en passant par le lac de Zurich, le lac de Zoug et le lac des Quatre-Cantons. Lui aussi transitait par le Chemin creux. Ce dernier était emprunté depuis le Moyen Age par les hommes et les mulets. Ce fut ensuite le tour des charrettes, puis des voitures. Avant que tout s’arrête en 1937. Fin de l’histoire!
Photo: Staatsarchiv Schwyz - http://blog.nationalmuseum.ch/fr/2017/10/le-chemin-creux-pres-de-kuessnacht-la-ou-sarrete-lhistoire-et-ou-commence-le-mythe/

 
 
Hohle-Gasse-Hochformat.jpg
 
Et le début du mythe! Le trafic routier en pleine expansion troublant de plus en plus la solennité du lieu mythique, une fondation fut créée en 1935 pour sauvegarder le site, l’administrer comme une réserve et le maintenir en bon état. Il s’agissait concrètement de lui redonner son aspect initial, en s’inspirant de la scène décrite par Schiller, qui indiquait que le chemin était entouré de rochers et que des buissons poussaient sur une saillie. Comme 80 ans plus tôt pour le Grütli, les écoliers organisèrent une collecte pour récolter des fonds. Des adolescents sans emploi aidèrent à effectuer les travaux. Ils étaient logés au « Arbeitslager Tellenheim », construit par Caritas pour accueillir une quarantaine de jeunes. Le Chemin creux fut inauguré le 17 octobre 1937 en présence de représentants de tout le pays. Cette opération mythique eut l’impact souhaité. Reste à savoir si l’on n’a pas sacrifié l’histoire en sauvant le Chemin creux…
Photo: Robert Rosenberg, Einsiedeln - http://blog.nationalmuseum.ch/fr/2017/10/le-chemin-creux-pres-de-kuessnacht-la-ou-sarrete-lhistoire-et-ou-commence-le-mythe/
 
Au bout du Chemin Creux, une chapelle
En l'honneur de cet événement (la mort du Bailly Gessler), une chapelle du souvenir appelée chapelle de Tell y est construite dès 1530.
Reconstruite en 1638, elle est dédiée à sainte Marguerite d'Antioche.
En 1905 deux fresques y sont réalisées par Hans Bachmann,
l'une à l'extérieur représentant la mort de Gessler (très dégradée et à peine lisible à la lumière du jour)
et l'autre à l'intérieur, la mort de Tell. 
 
IMG_4936www.jpg
 
A l'intérieur, la mort de Tell
 
IMG_4939www.jpg
 
 L'histoire ne dit pas comment est mort Guillaume Tell
 
mais j'ai trouvé un poème  (  https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55184329.texteImage)
 
sans-titre.png
 
 
 
 
 
Les portes de la Ville de Sempach, l'orage arrive… 
 
IMG_4944-Edit.jpeg
 
 
les deux porte sont reliée par une jolie Grande-rue
 
IMG_4951.JPG
 
 
 
IMG_4947.JPG
 
 
L'église St-Stephan de Sempach
 
 IMG_4945-Edit.jpeg

21/07/2018
1 Poster un commentaire