La méthode Montessori dans les EMS - Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

La méthode Montessori dans les EMS

351 appréciations
Hors-ligne
J'ai reçu hier une brochure de La Rozavère. Ils expliquent qu'ils ont pris la décision de changer leur politique d'accompagnement et d'appliquer les principes de la méthode Montessori. Alors oui, cette méthode revient fortement à la mode, non seulement pour l'accompagnement scolaire mais il est revisité pour s'appliquer à l'accompagnement des personnes en pertes cognitives ou pratiques.
Cela me rappelle l'introduction du pph dans notre pratique éducative. C'est un réel plus dans l'accompagnement, on "remet le résident au centre" comme on dit. En fait il s'agit d'un complet changement de paradigme dans les pratiques et je sais que cela ne va pas se faire en deux coups de cuiller à pot. Surtout dans des structures où les gens sont peu ou pas formés dans des domaines autres que les soins infirmiers. Peut-être une opportunité pour défendre de meilleures formations dans l'avenir?
Bref, qu'on appelle ça Montessori ou pph, cela me paraît une belle évolution. Mais le chemin ne va pas être facile!!
C'est là aussi que je vois que les établissements pour personnes âgées handicapées mentales ont une longueur d'avance sur les EMS classiques. La différence c'est la formation du personnel et surtout leur rémunération. Les personnes qui sont formées de manière semblable et qui travaillent dans les deux structures sont les assistants socio-éducatifs (ASSC). Et je crois que les infirmières qui travaillent dans les institutions pour personnes handicapées mentales sont un peu mieux payées que celles qui travaillent en EMS.
Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft.
Wer seine Wurzeln vernichtet, kann nicht wachsen.
(F. Hundertwasser)

231 appréciations
Hors-ligne
la revalorisation des soins passent par de meilleures conditions de travail et de salaire. C'est certain. Le fait d'employer des infirmières françaises n'arrange pas la donne, elles sont formées  à la rationalisation des soins et coûtent moins cher à l'institution.  Ce serait intéressant d'avoir l'avis de Pitch qui travaille encore, mais elle est toujours sur-occupée par des activités sociales en dehors de son travail et ne poste plus rien.
A l'EMS de Bm, le patient est au centre du pph, mais il y a aussi les besoins du service à prendre en compte. La balance à penché davantage au moment du changement de lieu. 
 La formation est la pierre angulaire de la prise en charge. 
Je parlais des besoins du service, c'est l'une des facettes que j'ai soigneusement évaluée avec Sir Plume: si les besoins du service ou de l'institution passent avant les besoins des résidents il y a facilement de la maltraitance.
 Montessori dans les EMS, j'avais luun article il y a quelques mois, en me disant ce n'est pas si simple de l'appliquer. Cela prend du temps et il faut davantage de personnel, les assurances ne prennent pas en compte un changement de paradigme ! 
 Donc appliquer Montessori avec du personnel qui maîtrise le français à la va comme je te pousse, sans réelle formation, et en n'ayant pas le temps nécessaire…  va être très compliqué. Il ne faudrait pas que cette transition se fasse au détriment des soins et de l'accompagnement des résidents. Ce serait pour le moins paradoxal. Cela va aussi à l'encontre des soins hospitaliers qui fractionnent les actes médicaux en fonctions des intervenant formés et les EMS recrute aussi du personnel hospitalier qui est bien formé, mais pas dans cette perspective. 
En plus Montessori avec de grosses démence ce n'est pas davantage possible que les soins habituels. Il faut une certaine compréhension de la demande . Ma bm ne comprend plus ce qu'on attend d'elle  et je préfère un plan de soins bien appliqué avec empathie qu'un plan de soins qui sollicite la personne démente dans des domaines où la pertinence de la réalité ne fait plus sens. 
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

231 appréciations
Hors-ligne
Je me demande si nous parlons bien de la même chose : PPH = plan (de soin) personnel hospitalier ? ou pph = Processus de production du handicap  ? 
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

351 appréciations
Hors-ligne
Le deuxième. Qui nous vient du Canada.
Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft.
Wer seine Wurzeln vernichtet, kann nicht wachsen.
(F. Hundertwasser)
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie A l'EMS (maison de retraite)..