Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

Golf du Morbihan

247 appréciations
Hors-ligne
Après quelques aventures à l'aéroport, nous voilà sur place. Nous avons, sur le trajet aller, visité la très jolie ville de Vannes. Sa vielle ville aux maisons à pans de bois est absolument charmante. Ruelles médiévales où les boutiques actuelles de modes ou d'artisanat ont remplacé les boutiques de marchandises, boucherie et autres étals. Les maisons sont en granit gris aux toits d'ardoises noires bleutées. C'était jour de marché et ce centre piétonnier, historique était plein d'animation. Nous en avons profité. Deux écharpes légères pour moi et deux chapeaux pour Sir Plume, dont un en toile huilée qui tient la pluie. Nous avons essuyé un grain, et nous nous sommes abrité sous des porches, avant de partir découvrir les parterres fleuris au pied des remparts au soleil




Cette photo de Jardin des Remparts est fournie gracieusement par TripAdvisor

la vieille ville de Vannes


« Plutôt que de rechercher ce que nous avons perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. »
La papeterie Tsubaki, de Ito Ogawa

247 appréciations
Hors-ligne
Aujourd'hui départ pour un tour en bateau, Nous allons remonter le temps. 

Suite au prochain épisode.
« Plutôt que de rechercher ce que nous avons perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. »
La papeterie Tsubaki, de Ito Ogawa

371 appréciations
Hors-ligne
Superbe région,  une des seules que je connaisse un tant soit peu en Bretagne. Profitez bien!
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)

247 appréciations
Hors-ligne
As-tu vu la chapelle sixtine de la Bretagne néolithique ?
Nous avons remonté le temps et admiré le magnifique travail de gravure d'un cairn classé patrimoine mondiale de l'humanité . Nous étions venu en 99 avec les enfants. Les commentaires de la visite guidée (uniquement sur réservation à l'avance) sont plus ouverts actuellement sur l'interprétation de ces gravures qu'il ne l'étaient à l'époque de notre première visite. Quelques détails en plus en 20 ans de recherche, mais globalement les mêmes.





 C'est une sorte de travail du type cathédrale. Pour graver un cm de granit avec les outils de l'époque, il fallait environ 4 jours les gens devaient travailler en se relayant et plusieurs personnes gravaient une même pierre en même temps…. il date de -3000 av JC ! Dans le néolithique tardif. Il y a toujours une émotion de visiter de tel monument, j'ai l'impression  de faire partie de la chaine humaine, des hommes comme nous, des sapiens ont élaboré un projet assez ostentatoire, l'ont réalisé puis l'ont abandonné 500  ans plus tard.

La journée s'est poursuivie sur la presqu'ile de Quiberon dans la recherche de tapis d'arméries maritimes en fleur depuis peu. Un coup de gel récent en a fané plus d'une, dommage… elles ont aussi perdu de l'éclat du au gel.



Le long de la côte sauvage nous nous sommes baladé sur le chemin côtier (env 3km pour moi et un peu plus pour Sir Plume et jolie surprise nous avons découvert tout à fait par hasard des roses sauvages, non pas en buisson comme chez nous, mais à terre à cause des conditions climatiques très rudes auquel elles sont soumises.
De loin, elle ne paient pas de mine, mais il suffit de se pencher pour découvrir la beauté très légère et pure de ces fleurs bien parfumées.





Le retour fut fastidieux, 10km 40 minutes de bouchon, c'est dimanche il fait doux et beau ! La presqu'ile était très tentante pour les natifs du coin.
« Plutôt que de rechercher ce que nous avons perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. »
La papeterie Tsubaki, de Ito Ogawa

371 appréciations
Hors-ligne
Non, je n'ai pas visité tout cela 
Durant mes vacances dans le Morbihan, j'ai fait de la pêche à pied, ramassé des huîtres lors d'une balade en canot dans le golf et pratiqué aussi de la pêche aux maquereaux. J'ai mangé des crêpes, plein d'huîtres, des araignées de mer, des crevettes grises, des moules, tout ce que j'aime    , trouvé aux puces une super robe des années 40 et pris le bateau pour visiter une île, mais je ne me rappelle plus laquelle. J'ai vu les alignements de Carnac mais pas mis les pieds sur la presqu'île de Quiberon. J'aurais bien voulu, mais pas mon ex . Nous étions à Sarzeau avec ma sœur et sa famille quand son dernier venait de naître… et mon ex a eu de la peine à supporter les enfants. Rétrospectivement je me suis dit que si j'avais été un tant soit peu lucide, j'aurais rompu après ces vacances-là. Mais c'est la vie, et puis j'ai vécu autre chose 

Bonne suite! Ici, il bise à décorner les bœufs, un vrai temps patagonien 
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)

69 appréciations
Hors-ligne
Magnifiques de simplicité ces roses! Ici c'est le thym qui est en pleine floraison sur les collines, offrant de gigantesques tapis aux abeilles.

371 appréciations
Hors-ligne
Et ça doit sentir bon!
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)

247 appréciations
Hors-ligne
Oui, j'aime vraiment beaucoup ces roses qui poussent en tapis clairsemé.

Ce matin c'était Barre d'Etel a marée montante. Nous sommes resté deux bonnes heures a regarder l'eau recouvrir petit à petit la digue. Il y avait un vent fort et il faisait bien frai. J'ai ramené une étoile de mer rouge sombre bien sèche et j'ai vu toute une famille mortes rejetée par les vagues. Des grandes et des petites, des 3 branches, 4 ou 5 comme habituellement.
Comme j'adore jouer avec les vagues, je me suis faite tremper les pieds par ce que j'ai mal anticipé l'arrivée de l'eau.
Sir plume s'est aguillé sur des rochers et j'avais la frousse qu'une bourrasque ou une grosse vague l'emporte.





« Plutôt que de rechercher ce que nous avons perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. »
La papeterie Tsubaki, de Ito Ogawa

247 appréciations
Hors-ligne
après un rapide pic-nique à St Cado, départ pour un haut site du mégalithisme en Morbihan. Locmariaquer


Un site que nous avions vu  avec les enfants et à l'état naturel, là c'est presque Disney Land . Une restauration qui date d'hypothèse de travail aujourd'hui remise en question. Grande déception pour moi. Mais bon la documentation vaut le détour, pas les monuments qui ne "vibrent" plus du tout tellement ils ont été restaurés. nous avons fait la visite rapidement afin de voir encore un jardin.
Après une errance carte en main, on a suivi des panneaux qui nous ramenaient invariablement sur des chemins parcouru, on a pris le risque d'entrer (portail grand ouvert et AUCUNE INDICATION) dans une sorte de sentier qui menait bien à une sorte de château fort en  ruine, réhabilité en manoir. Nous avons demandé à des personnes si nous pouvions visiter le jardin, mais non. Or sur tous les sites internet et les offices de tourisme ce jardin est présenté avec heure d'ouverture, descriptif, accueil, etc. Une belle arnaque oui ! Du coup retour au gîte pour moi et Sir plume au bord des voies de la sncf d'un village sis à 5 km  pour le reste de l'après-midi . M'en vais lire un peu et mettre mes gambettes à l'horizontal.
« Plutôt que de rechercher ce que nous avons perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. »
La papeterie Tsubaki, de Ito Ogawa

371 appréciations
Hors-ligne
Les photos de bord de mer et de l'étoile sont super. Ça me rend nostalgique de la mer.
Dommage pour le jardin mais c'est bien aussi de faire une petite pause en solitaire parfois 😉
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)

247 appréciations
Hors-ligne
Pour nous l'Océan est un vrai dépaysement ! Je pourrais rester des heures à regarder des rouleaux, à jouer, à explorer les laisses de mer. Bien davantage qu'au bord de la Méditerranée . Entre le vent et la force de l'océan, on se sent tout petit !
« Plutôt que de rechercher ce que nous avons perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. »
La papeterie Tsubaki, de Ito Ogawa

247 appréciations
Hors-ligne
Journée entre terre et mer.
Retour à la barre d'Etel toujours aussi invisible. Les petits coefficients de marée en sont la cause. Aujourd'hui j'ai parlé avec une pécheur de daurades. J'ai appris que les étoiles de mer que rejette la marée montante ne sont pas toutes mortes, loin de là. Il m'a montré comment le savoir où observer sur la bestiole. Du coup chaque fois que j'en voyais une, j'attendais que l'eau se retire et la jetais aussi loin que je pouvais. Il m'a expliqué que les jaunes et les rouges foncées sont des nettoyeurs de la mer, elles se nourrissent principalement de poissons morts, de crustacés blessés ou morts, par contre les grosses noires a picots, se nourrissent de crabes vivants et de coquillages et fond de la concurrence aux pêcheurs.
Sir Plume s'est encore fait tremper par une vague arrivée en catimini, moi pas.
Nous avons roulé un bonne trentaine de km, pour aller voir une curiosité locale un énorme rocher de quartz hyalin reconnu pour ses bonnes vibrations depuis la nuit des temps. 




un beau calvaire pas très loin et une jolie fontaine sacrée dans des villages alentour.

Nous partons visiter sur le chemin du retour, un château. Il a une belle pièce d'eau et devrait se refêter sur le miroir de l'eau. Le château se mérite, un bon chemin monte sur 900m depuis le parking, avec de jolis coup d' œil sur les étangs en contre bas. Tout est gratuit, mais …. de pièce d'eau, quipuik ! Du sable rempli le bassin…. nous visiterons le rez de chaussée: de belles grandes pièces 18eme, avec de beaux plafonds bien hauts, des boiserie lustrées par le temps, des parquet de chêne qui ont du voir des crinolines et des robes années 20 une grande bibliothèque totalement vidée de ses livres, ce doit être le château d'une belle au bois dormant… tout s'est arrêté, le silence règne en grand maître de cérémonie, on chuchote.

le parc est immense il y a un potager, mais vu l'état de ce qui devait être le clou de la visite, nous renonçons,carnous avons d'autre objectifs en vue et à cette époque de l'année, les parterres de fleur n'existent pas encore et les rosiers sont en boutons pour une éclosion tardive qui durera jusque tard dans l'automne.



Nous avons repérer dans les site de tourisme, une curiosité archéologique qui nous tente bien; des vestiges gaulois datant de -700 av JC, fin de l'âge du fer-
Ici les lieux dit se nomment très souvent (TROP) Talouët avec un descriptif touristique, Sir Plume en a découvert un qui a toute les attributs. Départ pour Talouët… Rien ne va se passer comme prévu. On cherche le parc archéologique dans un village, il est dans un autre, on repère un Talouët Z.I: sur une commune, mais ce n'est pas encore ça. Finalement, je me suis adressée à une mamie bretonne ( dents manquantes, et je lui aurais bien mis une coiffe bigoudène en lui demandant de répéter Typiac-Pirate !)
 qui me nomme un village qu'il ne faut surtout pas traverser, me parle de droite, sur la carte c'est à gauche, et finalement nous étions à 200m à vol d'oiseau sans le voir. Au bout de 4 00m d'un mauvais chemin de terre derrière une usine de concassage, perdu dans la végétation haute, je remarque une sorte de borne. Stop, ce doit être là. Effectivement, il s'agit d'une habitat, sorte de ferme avec habitation grange et enclos au fondation de pierre surmontée de gros buissons, une sorte de Vidy rendu à la nature et difficilement lisible, Heureusement les bornes didactiques aident à la compréhension des lieux. Deux tombes et deux tombelles un peu plus loin complètent l'ensemble.
Les fouilles sur le site archéologique du Talhouët ont débuté en 1983, à la suite de destructions provoquées par des travaux agricoles, en novembre 1982. Elles se sont achevées en 1989. Les vestiges mis au jour utilisent le granit, prélevé sur place. Une restauration légère a été entreprise compte-tenu du bon état de conservation du site. Sur quelques zones limitées, les murs ont été remontés en maçonnerie sèche jusqu'au niveau le mieux conservé de la structure.
Nous qui avons visité un village de l'an mil, ce n'est guère différent. Entre grosso-modo -1000 et +1000 ap JC  pas d'évolution notable de l'habitat rural. Ce qui rend ce site si particulier ce sont bel et bien ce que nous pouvons voir, soit des fondation en pierre de taille, c'est l'unique vestige à ce jour sur l'Europe continentale, les autre se trouvant dans le sud de l'Angleterre, le fermier avait-il des ancêtres anglais ? Venait-il de là ? Le mystère reste entier,





Nous rentrons bien fatigués. 
« Plutôt que de rechercher ce que nous avons perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. »
La papeterie Tsubaki, de Ito Ogawa

371 appréciations
Hors-ligne
C'est quand même dommage ces beaux châteaux qui restent inhabités 🙁
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)

247 appréciations
Hors-ligne
Peut-être que les salles peuvent être louées pour des mariages ou des séminaires.
« Plutôt que de rechercher ce que nous avons perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. »
La papeterie Tsubaki, de Ito Ogawa

247 appréciations
Hors-ligne
Dernier jour sur place.
la Barre d'Etel nous attire comme un aimant, nous y somme resté presque deux heures à marcher sur la plage. Aujourd'hui pas la moindre étoile de mer à l'horizon, mais un joli phénomène de vagues que nous avons nommé TGV ! Peux pas vous montrer, c'est compliqué, il faut que je mette la vidéo sur YouTube et ensuite que je la publie ici. Depuis un gîte, c'est sport. En gros, il s'agit d'une onde qui se déplace à la crête de la vague parallèlement au rivage et non avec la vague. On a l'impression d'une sorte de tgv qui passe devant vous de gauche à droite alors que la vague vient mourir à vos pied. Cela se produit quand la vague précédente se retire et touche la vague montante.
Quelques mégalithes que nous n'avions pas encore vus, et une chapelle de léproserie (maladrerie ou maladière en Suisse) datée du 19 elle a été rebâtie et agrandie pour devenir chapelle paroissiale. isolée loin de tout, le site a encore un ancien cimetière de lépreux et une fontaine nécéssaire à la vie en ces lieux retirés.



puis encore une autre, qui a la particularité, d'avoir une lech' et un menhir christianisé. Tout cohabite dans un espace ouvert avec une croix délicate. le paganisme avec sa pierre vibratoire ronde, le menhir immémorial que l'on a christianisé, la croix et son calvaire. Ajoutez une fontaine sacrée plus bas et de buissons de buis très bien taillés, les druides en mangeraient leur barbe ! 



Le pic-nique de 13h se fera sur un muret dans un silence entrecoupé du chant du coucou devant ce paysage de la ria d'Etel, site protégé ornithologique et espace naturel. La marée monte doucement et nous avons pu l'observer loin du fracas de la Barre d'Etel



 Le reste de l'après-midi étant assez sombre et gris sera consacré à quelques achats avant un retour au gîte. Je vous retrouverai samedi. Demain est entièrement consacré au retour: bagages, ménage, rendre la voiture prendre l'avion puis le train puis la voiture, mettre en route lessive et repas trier le courrier.
A bientôt …..

Une dernière photo qui n'est pas de nous mais qui donne bien l'ambiance de l'océan

« Plutôt que de rechercher ce que nous avons perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste. »
La papeterie Tsubaki, de Ito Ogawa

371 appréciations
Hors-ligne
Bonne rentrée sans stress 😘
Peux- tu m'envoyer la photo de la plage avec ton mari photographe?
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Carnets de Voyage.

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres