Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

L'Allgäu (Allemagne- Autriche)

220 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à tous.
Après de multiples aventures, j'ai enfin l'opportunité de vous raconter notre voyage au jour le jour.
Tout d'abord, il est important de savoir que j'accompagne Sir Plume dans son hobby, faire des photos de trains. Cette fois, comme l'an dernier, dans l'Allgäu, cette région qui ressemble à s'y méprendre à notre Gruyère en 20 fois plus grand quand même.
Dans ce carnet de voyage je ne vais pas mettre toutes les photos. Vous les retrouverez dans l'album quand je rentrerai.

Nous sommes partis de Pampigny assez tôt le matin vers 7h15 pour faire une halte pic-nique dans un très joli village d'Appenzell, Gais. Comme il se doit, je n'ai pas manqué de photographier quelques bancs  8 au total. Jolie moisson.,
Pour le dessert, Sir Plume m'a fait découvrir le centre ville absolument charmant et touristique  de la vieille ville d'Appenzell: un festival de maisons du 15ème avec de beaux restes de la vie d'alors, l'herboristerie, les maisons des notables, une chapelle de dévotion en plein cœur de la ville, la religion avait un sens, et servait d'assurance et de roue de secours à la vie rude, parfois. Bien sûr, les maisons patriciennes ont maintenant des boutiques à touristes en rez-de-chaussée ou sont transformées en restaurant qui débordent sur la place qui a migré de foire aux bestiaux en parking payant ! Mais cette Hauptstrasse mérite largement le détour. Nous y avons mangé une glace avec une vue sur les maisons peintes et décorées qui de fleurs des champs sur les volets, alors qu'ailleurs ce sont des animaux des bois...

Dans une rue d'Appenzell. Des maisons très bien restaurées et entretenues...

Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

220 appréciations
Hors-ligne
Dimanche.

Comme j'avais émis le souhait de remonter ou descendre des gorges cet été et que la canicule a sévit, c'est donc en Allemagne  que nous sommes allés réaliser ce vœux. Ce sont les seules aménagées de la région. Elles sont donc particulièrement courues, un chaud dimanche de vacance qui plus est ! Pour s'y rendre nous devrons traverser une grosse manifestation, un triathlon et tout le public y afférent. Imaginer les 20 km de Lausanne avec les déviations, les routes coupées, les gens à Vidy etc...
Arrivé à 9h20 (20 minutes de retard à cause de la manifestation) sur place, il y a 9 voitures.
Un km de parcours d'approche et nous voilà dans ces gorges, avec très peu de monde. Il est facile de faire quelques photos. ça gronde, asperge, des embruns rendent les planches de bois un peu glissantes par endroit, des rampes permettent de se tenir. Les marmites sont très hautes à environ 30m au dessus du courant actuel. Les visiteurs oublient de lever les yeux, et sont tout étonnés que je montre à Sir Plume une grosse marmite et son caillou poncé de même que de grandes draperies de calcaire boueux.
En 2005, l'eau est montée à 6.50 pardessus les aménagements, emportant une grande partie barrières et sentiers. Nous remontons environ les 4/5 du trajet. Comme il y a deux caisses, une en haut des gorges et l'autre en bas et qu'il commence à y avoir beaucoup de monde, des poussettes, des bambins, on peine à croiser sur les passerelles, des embouteillages se forment… nous décidons de rebrousser chemin. Arrivés dans un parking plein à craquer et les deux autres aussi), une file longue comme la barbe de Mathusalem, à la caisse, nous profitons de faire quelques emplettes souvenirs dans une boutique encore vide: deux cartes postales, un flacon avec des feuilles d'or 24 carats, pour notre alchimiste préféré ( n°2).
A peine sommes nous sortis de la cohue que Sir plume décide de regarder ses cartes… je décide, moi, de m'intéresser à des fleurs que j'avais repérées en venant.

Il y a des massifs de ces fleurs en bordure de forêt, chez nous, ce sont souvent des épilobes… qu'est-ce que cela peut-bien être ?






Ce sont des Impatiens de l'Himalaya ou impatiens glanduleuses (invasives et acclimatée dans cette région des Alpes).

elles existent aussi en jaune… ma photo n'étant pas bonne et floue (il y avait un peu de brise)j'ai mis celle de Wikipédia. J'ai d'abord pris ces fleurs pour celle de l'ortie très présente dans le massif… mais en y regardant de plus prés, je me suis dite que ce n'était pas des fleurs d'ortie et je croyais avoir affaire à une sorte de fleur que des impatiens glanduleuses...





 Notre deuxième partie de journée se passera en Autriche proche de quelques km: un joli train vapeur historique est de sortie
 
Sur la carte un petit lac tout bleu nous fait de l'œil pour notre halte de midi, hélas c'est une retenue d'eau pour de l'électricité et le lac est brun de boue, très bas aussi. Tant pis. nous ferons quand même halte. 
Dans l'apprès midi nous revenons par des routes de traverse en essayant d'éviter les manifestations nombreuses en ce dimanche plein de soleil. Le paysage est souvent noyé de brume, le temps est particulièrement lourd, chaud-humide.  De retour vers 16h, je m'écroule dans mon lit pour une bonne sieste: je n'entendrai rien, ni les pleurs de bébé, ni la sirène d'alerte, ni les 3 ambulances qui sont passées sur la route à 30m de la maison… 
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

220 appréciations
Hors-ligne
Lundi

Ce qui devait être une journée solitaire, Sir plume étant aux bords des voies, s'est révélée au final pleine d'aventures….

Une fois Sir plume parti, je me dis que je vais faire la vaisselle, quelques rangements, prendre ma douche et m'atteler au tri des photos.

Une fois ma douche prise, je vais dans ma chambre pour finaliser ma coiffure: un coup de brosse chauffante sur les pointes et basta, mes cheveux sont vaguement humides et pas détrempés. J'allume donc l'appareil et deux minutes plus tard, je sursaute en le lâchant entendant tout près de moi une sorte de BIP- BIP strident et d'une intensité à réveiller un mort. J'arrête ma brosse en urgence, en me disant qu'elle ne m'a jamais fait un coup pareil. le Bip Bip strident lui ne s'est pas arrêter pour autant et je constate un peu stressée que c'est l'alarme incendie juste au-dessus de moi qui s'est déclenchée… vite j'attrape un tabouret, m'aguille dessus, il est mou, il ne faudrait pas tomber en plus ! Et je prie le ciel que cette foutue alarme ne soit pas reliée aux pompiers du coin, ou pire à un déclencheur d'eau ! Ouf tout s'arrête. J'ai les mains moites et mon cœur bat trop vite. 

On frappe à la porte: c'est la propriétaire qui me cause en allemand pour me demander si tout va bien, j'explique avec 3 mots d'allemand et 10 en anglais que oui, j'ai déclenché l'alarme incendie avec mon sèche-cheveux sans faire exprès., mais que tout est rentré dans l'ordre. 
 Il faut savoir que quand on me parle en allemand, je suis tellement stressée que je pleure ! Alors retenir mes larmes m'expliquer dans deux langues que je ne maîtrise pas bien… c'est toute une aventure en soi.

Je reprends mon calme en avalant un thé bien sucré ( c'est fou ce que ça marche bien contre le stress le thé sucré) et me dit que je vais m'installer derrière l'ordinateur. Il y a à faire: deux jours de courrier, le blog, le tri des photos, la retouche au besoin, ainsi que répondre aux courriers. 
 Comment dire; il n'y a pas de wifi !!!!!!!!!!!!!
Pas de routeur, pas d'adresse IP, rien !
Au secours… Sir Plume... je ne vais pas faire 4 jours entiers, en dessinant et en lisant, sans voiture avec des t° proche de 30°, voir davantage...
J'appelle la propriétaire qui fait les mêmes constatations que moi, et me dit qu'il y a des travaux dans la rue depuis des jours et que oui, le wifi c'est un problème… pour demain, elle ne sait pas...  Calmée. je dis:
- Es ist nicht meine Ferien. Ich muss mit dem Computer arbeiten. (faut ce qu'il faut, n'est-ce pas. Je n'allait pas expliquer la situation ubuesque d'un mari qui regarde passer des trains…) 

Son mari me dit qu'il va appeler le réseau...

En attendant, changement de programme. Ce que nous voulions faire Mercredi, sera fait aujourd'hui.
Nous serions partis plutôt, mais rien n'est perdu il n'est que 10h du matin. Départ pour le lac de Constance afin de visiter un village palafitte. Il y a eu de belles controverses sur ces villages sur pilotis. 
 Bref, je suis ravie, c'est exactement ce don je me souvenais de mes livres d'histoire. Du néolithique sur l'eau !
Ma surprise est venue à la comparaison d'un village de l'an mil vu l'an dernier en Bretagne, les choses n'avait que très peu évolué depuis-3500av JC 1000 après JC. je ne suis pas historienne, et il y a du avoir pas mal de techniques améliorées mais dans l'ensemble, jusqu'au début du Moyen Âge c'est à peu près pareil en ce qui concerne la vie domestique des villageois.

Le village palafitte du lac de Constance:


chaque maison a une notice explicative sur les techniques de construction, et est dédiée à un aspect de la vie quotidienne, cuisine, reserve, travail des peaux, de la terre, de la pierre, du tissage, des habits, de la nourriture, de la chasse et de la pêche, du climat, de l'art pariétal ou sur bois, de la fabrication des pigments et des arts funéraires (avec de l'ocre rouge entre autre). Il faisait très chaud, nous avons fait notre halte dans le parc interactif des enfants, musiques, feu, percement de pierre, labourage avec charrue primitive, sculpture sur bois et pierre. Ludique et didactique, ce musée puisqu'il s'agit bien d'un musée, complémente le Latinium de ma région. 
Dans cette région à 15 km se tient un magnifique monument:  Le kloster-Schloss de Salem. A ne pas manquer. Nous avons fait l'impasse sur la visite des bâtiments, toute une aile en réfection, les écuries (étouffantes) et même l'église. Ce monastère est presque un village en soi, 17 hectares, ce n'est pas rien. Ce sont les jardins qui nous ont attirés, labyrinthe , arabesques de buis, éventail de parterre travaillés autour de la pièce d'eau, jardin d'inspiration andalouse, massifs et allées fleuries. Les rares bancs ombragés étaient pris d'assaut ! Il faut dire que la chaleur humide de 32° ressentie 37°n'incitait pas trop à la flânerie. Nous nous sommes mouillés dans chaque pièces d'eau, ou ruisseau, mouillant notre nuque et le seul enfant dans les parages, s'est vu porter par ses parents dans une fontaine… on a beau être dans un monastère (sécularisé) quand il fait aussi chaud, il vaut mieux se rafraîchir. Une employée qui travaille depuis 10 ans sur le site à dit dans la boutique que même en 2015, il n'ont pas eu aussi chaud que ce jour là… La presque absence de brise rendait les lieux écrasants. 

deux vue d'avion- drône… pour vous donner une idée des lieux.






Nous sommes arrivés dans la région en empruntant des routes express, qui ressemblaient davantage à Montreux à 17h un dimanche soir et avons décidé de rentrer par les routes de campagne. Suivre un tracteur qui se déplace dans des communes de la banlieue moderne de Friedrichshafen est une chose que nous pensions impossible… mis à part le retour par la campagne fut plus agréable et bien moins long. il fallait un peu  chercher notre route sur les cartes mais dans l'ensemble, c'était calme quand bien même nous étions aux heures de pointe (17-18h)

Les courses.
Habiter un gîte revient souvent à s'aventurer dans les magasins locaux. Il y aurait fort à dire sur les personnes qui les fréquentent. une population très en surpoids et on comprends vite pourquoi: presque pas de produit non raffinés et frais, un stands fruits et légumes réduit à son minimum quelques tomates, des courgettes des poivrons, les salades sont défraîchies et peu ragoutantes par ces grosses chaleurs, un peu de raisin, des pommes qui doivent venir de la région, énormes, une pomme peut faire plus de 300gr des bananes et c'est presque tout. mais il y a de la nourriture emballée en boites, en carton, et un incroyable assortiment d'articles sucrés et salés pour l'apéro et de friandises au- dela du réel . Les gens sont beaucoup plus en surpoids que chez nous. 




 
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

59 appréciations
Hors-ligne
"Les graines de la balsamine ou impatiens de l'Himalaya sont contenues dans des capsules allongées qui éclatent par détente de la tige capsulaire quand
elles sont à maturité. A peine effleurées, elles projettent violemment
leurs graines jusqu'à deux mètres de la plante. C'est un "jeu"
d'ailleurs très drôle pour les enfants"
Chaque fois que je vois ces impatiensje ne peux m'empêcher de faire éclater les graines!

220 appréciations
Hors-ligne
Je vais essayer si j'en revois 
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

346 appréciations
Hors-ligne
Il y en a plein le long de la Venoge et c'était aussi un jeu quand nous nous y promenions avec les enfants 😊
Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft.
Wer seine Wurzeln vernichtet, kann nicht wachsen.
(F. Hundertwasser)

346 appréciations
Hors-ligne
Ces villages palafittes sont certainement une reconstitution inexacte de la situation réelle mais c'est sympa quand même et cela permet à notre imagination de voyager dans le temps. 
Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft.
Wer seine Wurzeln vernichtet, kann nicht wachsen.
(F. Hundertwasser)

220 appréciations
Hors-ligne
Détrompe-toi il sont fait avec les dernières découvertes, mais dans toute reconstitution il y a une part de fantaisie.

[table][b]Quelle est la part de fantaisie?
Quelles sont les données sûres?[/b]
 

La valeur d’une reconstitution dépend de l’état de conservation des constructions découvertes et de la qualité des méthodes de recherche employées. Des maisons tombées en ruine il y a 6000 ou 3000 ans il ne reste naturellement que quelques traces. Dans les tourbières et dans les lacs, les matériaux organiques étant mieux conservés, on peut trouver des fragments de pieux, des éléments de planchers, de foyers et de cloisons ainsi que les restes de l’aménagement intérieur. Jusqu’à présent, on n’a pas encore découvert de maison conservée dans son ensemble, du plancher au faîte du toit. Dans le meilleur des cas, il subsiste environ 30 cm de hauteur de mur. La reconstitution de la hauteur des parois et du pendage de la toiture est donc assez hasardeuse et ne peut être effectuée qu’à partir d’éléments écroulés provenant de vestiges d’habitation en bon état de conservation. On ignore encore en grande partie le mode de couverture de ces habitations. On peut envisager des couvertures en chaume, bardeaux de bois, branchage, écorce ou roseaux, dépendant de l’angle d’inclinaison du toit. Une reconstitution archéologique ne peut donc avoir qu’une valeur indicative et a pour but de proposer un modèle sur la base de résultats de fouilles, de comparaisons avec d’autres sites et avec les données fournies par l’ethnologie et les traditions populaires. Il est en outre nécessaire de faire des compromis pour satisfaire aux besoins de sécurité d’un musée et pour faire en sorte que ce modèle reste compréhensible pour le visiteur. Enfin, il ne faut pas oublier qu’il y a dans toute reconstitution une part de fantaisie.
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

346 appréciations
Hors-ligne
Et aussi le regard actuel que l'on pose sur les choses. Le musée romain avait, il y a quelques années, monte une expo en imaginant un civilisation future qui découvrirait des vestiges de la nôtre. Très drôle. Évidemment le commissaire de l'expo était Laurent Flütch 😉
Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft.
Wer seine Wurzeln vernichtet, kann nicht wachsen.
(F. Hundertwasser)

220 appréciations
Hors-ligne
Oui je me souviens où les nains de jardins devenaient des dieux tutélaires familiaux ils étaient sensés représenter les membres de la famille et les Wc des autels religieux de dévotions domestiques avec salle dédiée  à la déesse mère Gaïa, par la présence symbolique de l'eau…  ce qu'on avait ris en visitant cette expo avec les enfants ados !
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

220 appréciations
Hors-ligne
Mercredi
Sir plume est tout excité les "Ludmilla" sont nombreuses sur les trains marchandises. 
Le soir l'orage gronde un peu sur les alpes autrichiennes, mais il ne tombera pas une goutte et l'air devient lourd. Nous parton faire quelques clichés du soleil qui se couche et de la petite chapelle qui est en face sur la colline.

Une Ludmilla (de construction bloc de l'est, à Vorochilovgrad) en livrée d'origine années 70 :



Jeudi
La météo, temps couvert  chaud et lumineux, incite Sir Plume a faire autre chose ce matin.
A 7 km, il y a des bains thermaux. Le matin ils sont 30% moins chers, hop dans l'eau. Quel bien cela fait. Personne… on remarque beaucoup de jeunes parents avec de petits lutin dans les bras...: ils ont un lieu dédié aux tout petits, avec des petit jeux d'eau donc on ne les a pas dans les jambes,
Pour les enfants, il y a une fosse de plongeons et un grand tobogan qui arrive sur l'extérieur, pour nous les adultes, diverses "animations" bulles, jets, cascades, parapluie externe et interne, rivière, grotte. Pas vraiment de vue comme chez nous, mais pour un prix défiant toutes concurrence de 10.50€ pour 120 minutes, comprenant aussi hammam et jaccousi, et sauna. jolie découverte sympa comme tout et de l'eau à 34° en extérieur, 30° à l'intérieur. nous y retournerons.



Dernière modification le jeudi 23 Août 2018 à 19:49:37
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

346 appréciations
Hors-ligne
Cool les bains thermaux 👍
Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft.
Wer seine Wurzeln vernichtet, kann nicht wachsen.
(F. Hundertwasser)

346 appréciations
Hors-ligne
Ici le tonnerre gronde mais il ne pleut pas encore. La journée à été très ensoleillée et il semblerait que demain il y ait un orage le matin à 7-8 heures puis plus rien. La terre a soif....
Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft.
Wer seine Wurzeln vernichtet, kann nicht wachsen.
(F. Hundertwasser)

220 appréciations
Hors-ligne
Vendredi
temps couvert mais avecune tendance au soleil en milieu de journée. C'est donc une sortie en télécabine, repas dans une buvette de montagne et petit marche au bord d'un lac.
L'occasion de goûter des spécialités de la région: des Knödel dans du bouillon avec de petites boules de fromage souflées, des spätzeli au Käserberg local, et strudel aux pomme avec sauce vanille et crème fouettée. 
La marche le long du lac n'a pas tenu toutes ses promesse, un long bout derrière des haies de maisons ou garages à bateau avant de poursuivre en surplomb du lac. Mais j'ai pu jouer avec des balsamines . Retour par une route d'indiens (en fait de campagne isolée) pour arriver près d'un coin pique-nique avec un banc dernier cri à l'une des sorties du village.. tout juste rentrés il se met à pleuvoir des hallebardes. 



Reste un dernier repas et une soirée toute tranquille, avant le retour demain. 
dimanche sera une journée assez chargée avec la lessive et visite à Bm Lundi on garde Pucinette, les affaires reprennent 
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.

346 appréciations
Hors-ligne
Ton retour doit se faire au frais. Le temps nous annonce l'automne 😉
Wer die Vergangenheit nicht ehrt, verliert die Zukunft.
Wer seine Wurzeln vernichtet, kann nicht wachsen.
(F. Hundertwasser)

220 appréciations
Hors-ligne
Le retour fut plus mouvementé que prévu: N°2 a appelé au secours pendant l'une de nos trois découvertes. Tant qu'à faire, comme nous étions à l'autre bout de la Suisse autant profiter de visiter une ou deux choses sur le chemin du retour.
Une incongruité pour commencer, une œuvre d'Hundertwasser, en plein centre d'une zone commerciale et parking avec autoroute à proximité, quel dommage ! Cette œuvre aurait mérité un cadre plus sympa dans un parc au bord de l'eau ou ailleurs, mais pas à côté de station de lavage auto et Aldi… 
Quelques kilomètres plus loin et je me suis trompée sur la carte entre Hagenwill et Hagenschwill à 8km ()



Impossible de faire ce cadrage photo, il y avait un véhicule et davantage de végétation, mais cela vous donne une idée: allez voir les châteaux et autres monuments qui sont sur nos timbres. Voilà bien une idée de philatéliste !   Parce que dans la vie il n'y a pas que les trains, les locos et les trams, n'est-ce pas, les timbres et les pièces de monnaie font partie de la panoplie de Sir Plume. ça va avec comme dirait une amie.  

Nous continuons en direction de la maison et passons par la chartreuse d'Ittingen



 je vous mettrai davantage de photos dans l'album, (photo du net pour illustrer le propos)

Celles et ceux qui me connaissent un peu, savent mon attirance pour la vie monastique, j'ai d'ailleurs été postulante et novice pendant 3 ans. J'ai une inclinaison particulière pour le chartreux. Au point d'avoir acheter il y a plusieurs années, une thèse sur leur architecture intimement liée à leur vie érémitique.  J'ai vu-visité toutes celles de ma région, à savoir Oujon (ruines) Pomier (dans l'Ain, la porte monumentale) La Valsainte près de Charmey, dernière chartreuse active en Suisse, La Part-Dieu vers Bulle (moniales), Bonlieu, au bord de son lac. La chartreuse de la Lance au bord du lac de Neuchâtel (château viticole et vestiges- petit cloître) dont j'ai pu bénéficier d'une visite privée du cloître, d'une cellule et de la bibliothèque, cadeau d'anniversaire pour mes 30 ans de la part d'une amie. et quelques unes dans les régions de nos vacances en France ou en Italie. 
 Nous avons donc ajouter 30 km à nos 400km pour répondre au SOS de N°2 et en vitesse sommes allés ramasser le linge de BM . 
Aujourd'hui, MAJ du courrier, et lessive sont au programme ainsi que le goûter avec BM !
Ce n'est pas parce qu'une expérience ce termine qu'elle ne méritait pas d'être vécue. On n'a pas le choix, pour aller de l'avant, il faut faire un pas devant l'autre et si l'ont essaie d'éviter ce qui nous fait mal, alors on n'ira jamais nul part.
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Carnets de Voyage.