Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

La beauté de la douceur

252 appréciations
Hors-ligne
« La douceur appartient à l’enfance, elle est un retour sur soi, le nom secret de la beauté et de l’élan mystique » (Puissance de la douceur, Payot, 2013).
Suite à la mort d'une grande dame de l'édition française, psychanalyste et philosophe dont j'avais lu ce livre en son temps.
Toute les enfances ne sont pas douces, mais nous ne quittons pas l'enfance pour toujours, il en reste des parcelles en nous, des fulgurances lumineuses qui dynamisent notre quotidien. Et peut-être  bien, qu'au bout du chemin, on retrouve une autre enfance, différente, mais elle aussi empreinte de cette beauté qu'est la douceur... 
Gardez la malicieuse jeunesse qui court les yeux émerveillés au-devant du monde et qui de tout, de la fleur comme du jardin, dÂ’une miette comme de tout le festin, de peu, de rien, comme de beaucoup, tire la même joie. »

378 appréciations
Hors-ligne
Je pense que l'enfance qu'on retrouve au bout du chemin, comme tu dis, est plutôt le résultat du travail de notre mémoire, travail fait pour nous protéger. La douceur ne fait pas plus partie de l'enfance que du reste de la vie. Elle est dans des moments qu'on partage, ou qu'on vit seul, et qui peuvent côtoyer d'autres moments de grande violence parfois.
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)

252 appréciations
Hors-ligne
Une enfance différente ...
La douceur n'est pas que dans l'enfance, c'est vrai, mais elle en fait partie intégrante, je suis d'accord avec l'auteur. Quand à l'enfance de la vieillesse elle n'est pas que le travail de croissance fait sur soi, elle est aussi faite de perte de mémoire, et de capacité à être heureux simplement.
Gardez la malicieuse jeunesse qui court les yeux émerveillés au-devant du monde et qui de tout, de la fleur comme du jardin, dÂ’une miette comme de tout le festin, de peu, de rien, comme de beaucoup, tire la même joie. »

378 appréciations
Hors-ligne
Non la douceur fait partie de l'image qu'on se fait de l'enfance. C'est ça le "travail" de la mémoire. Je ne parle pas de pertes mais qu'on se rappelle différemment des choses avec le temps. Cela fait du bien de penser que l'enfance est empreinte de douceur mais c'est loin d'être toujours le cas dans la réalité pour une grande majorité d'humains. La douceur fait partie de ces "moments parfaits" qu'on peut vivre tout au long de sa vie, il y en a pas forcément plus durant l'enfance. Ce qui est vrai par contre, c'est l'insouciance. Pour moi cela caractérise davantage cette époque de la vie.
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)

252 appréciations
Hors-ligne
Toutes les enfances ne sont insouciantes sur sur la planète . La mienne ne l'a pas été. Par contre il y a eu de la douceur. Une bienveillance  de la part de certains adultes.  La période la moins douce  fut mon adolescence.  
Gardez la malicieuse jeunesse qui court les yeux émerveillés au-devant du monde et qui de tout, de la fleur comme du jardin, dÂ’une miette comme de tout le festin, de peu, de rien, comme de beaucoup, tire la même joie. »

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 79 autres membres