Les aventures de Plumebleue

Les aventures de Plumebleue

Le Dieu de Spinoza

252 appréciations
Hors-ligne
Allez je vous livre ce texte auquel j'adhère presque sans réserve ( sauf la fin, je crois au Tout Autre ni la Nature ni le cosmos) à l'aube de la soixantaine !

Quand Albert Einstein donnait une conférence
dans les nombreuses universités des États-Unis,
la question récurrente que lui faisaient les étudiants était :
Vous, Monsieur Einstein...
Croyez-vous en Dieu ?
Ce à quoi il répondait toujours :
- Je crois au Dieu de Spinoza.
Seuls ceux qui avait lu Spinoza comprenaient ...
Spinoza avait passé sa vie a étudier les livres saints et la philosophie, un jour il écrivit :
Je ne sais pas si Dieu a réellement parlé mais s'il le faisait, voici ce que je crois qu'il dirait au croyant :
Arrête de prier et de te frapper à la poitrine !
Ce que je veux que tu fasses, c'est que tu sortes dans le monde pour profiter de ta vie.
Je veux que tu t'amuses, que tu chantes, que tu t'instruises... que tu profites de tout ce que j'ai fait pour toi.
Arrête d'aller dans ces temples sombres et froids que tu as construit toi-même et dont tu dis que c'est ma maison !
Ma maison est dans les montagnes, dans les bois, les rivières, les lacs.
C'est là où je vis avec toi et que j'exprime mon amour pour toi.
Arrête de m'accuser de ta vie misérable,
Je ne t'ai jamais dit qu'il y avait quelque chose de mal en toi, que tu étais un pécheur, que ta sexualité ou ta joie étaient une mauvaise chose !
Alors ne me blâme pas pour tout ce qu'ils t'ont dit de croire.
Arrête de ressasser des lectures sacrées qui n'ont rien à voir avec moi.
Si tu ne peux pas me lire à l'aube, dans un paysage, dans le regard de ton ami, de ta femme, de ton homme, dans les yeux de ton fils... Tu ne me trouveras pas dans un livre !
Arrête de te faire peur.
Je ne te juge pas, je ne te critique pas, je ne rentre pas en colère et je ne punis pas.
Je suis pur amour... je t'ai rempli de passions, de limitations, de plaisirs, de sentiments, de besoins, d'incohérences... et je t'ai donné le libre arbitre...
Comment puis-je te blâmer si tu réponds à quelque chose que j'ai mis en toi ?
Comment puis-je te punir d'être ce que tu es, si je suis celui qui t'ai fait ?
Tu penses réellement que je pourrais créer un endroit pour brûler tous mes enfants qui se comportent mal, pour le reste de l'éternité ?
Quel genre de Dieu peut faire ça ?
Si j'étais ainsi, je ne mériterais pas d'être respecté.
Si je voulais juste être vénéré, je n'aurais peuplé la terre que de chiens...
Respecte tes semblables et ne fais pas ce que tu ne veux pas pour toi.
Tout ce que je te demande, c'est que tu fasses attention à ta vie, que ton libre arbitre soit ton guide.
Toi et la nature vous constituez une seule entité ... alors ne crois pas que tu as un pouvoir sur elle.
Tu fais partie d'elle.
Prends-soin d’elle et elle prendra soin de toi. J'y ai mis et rendu accessible tout ce qu'il y a de bien pour toi et j'ai rendu difficile d'accès ce qui ne l'est pas.
Ne mets pas ton génie à y chercher ce qui est mauvais pour cet équilibre.
À toi de garder intact cet équilibre.
La nature elle, sait très bien le garder, juste ne la trouble pas !
Je t'ai rendu absolument libre.
Tu es absolument libre de créer dans ta vie un paradis ou un enfer.
Je ne peux pas te dire s'il y a quelque chose après cette vie, mais je peux te donner un conseil,
Arrête de croire en moi de cette façon,
Croire, c'est supposer, deviner, imaginer.
Je ne veux pas que tu crois en moi, je veux que tu me sentes en toi.
Que tu me sentes en toi quand tu t'occupes de tes moutons, quand tu bordes ta petite fille, quand tu caresses ton chien, quand tu te baignes dans la rivière...
Exprime ta joie et habitue-toi à prendre juste ce dont tu as besoin !
La seule chose sûre, c'est que tu es là, que tu es vivant, que ce monde est plein de merveilles... et que dans toutes ces merveilles tu es capable de savoir exactement ce dont tu as vraiment besoin.
Ne me cherche pas en dehors,
Tu ne me trouveras pas...
Je suis là... La nature,
Le cosmos... C'est moi.
Gardez la malicieuse jeunesse qui court les yeux émerveillés au-devant du monde et qui de tout, de la fleur comme du jardin, dÂ’une miette comme de tout le festin, de peu, de rien, comme de beaucoup, tire la même joie. »

378 appréciations
Hors-ligne
Ah il a écrit tout ça Spinoza? Quel homme sage 😉
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)

252 appréciations
Hors-ligne
pour ce mois ce sera
- Ce que je veux que tu fasses, c'est que tu sortes dans le monde pour profiter de ta vie.
Je veux que tu t'amuses, que tu chantes, que tu t'instruises... que tu profites de tout ce que j'ai fait pour toi. 

et pour bien continuer ce que je fais déjà, demain ce sera croisière en première classe. 
Gardez la malicieuse jeunesse qui court les yeux émerveillés au-devant du monde et qui de tout, de la fleur comme du jardin, dÂ’une miette comme de tout le festin, de peu, de rien, comme de beaucoup, tire la même joie. »

0 appréciations
Hors-ligne
A propos du Dieu de Spinoza, j'adhère amplement à cette vision. J'aime cette idée:

Ne me cherche pas en dehors,
Tu ne me trouveras pas...

Dieu est plus proche qu'on ne le croit. A chacun de trouver sa proximité, Il y a tant de façons différents de le rencontrer ...

J'ai vu une émission de Patrick Poivre d'Arvor, sa série "Une maison, un artiste". Il parlait de Voltaire, et de l'époque de sa vie dans son
château de Ferney-Voltaire.
Fervent défenseur des droits humains universels, Voltaire était un athée
qui rejetait les dogmes de l'Eglise tels que les hommes les ont érigés.
Il laissait chacun libre de croire en un Dieu qui ne se trouve
pas dans les livres ni dans les dogmes ou les lectures sacrées.
Cela lui a valu bien des problèmes ...
Il a écrit "Que chacun aille à Dieu par le chemin qui lui plaît."
Au nom de ses convictions, Voltaire a lié sa parole aux actes, en
prenant la défense des droits des persécutés pour leur foi entre autres,
notamment les protestants.
"La victoire sur soi est la plus grande des victoires." Platon

378 appréciations
Hors-ligne
Grand homme ce Voltaire. On devrait le relire plus souvent.
Dans chaque vieux il y a un jeune qui se demande ce qui s'est passé (Groucho Marx)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 79 autres membres